Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 22:14

Andre-Ostertag.jpg

C'est un André OSTERTAG détendu qui reçoit ses collègues vignerons Guillaume GROS et Lucas RIEFFEL auxquels je me suis joint. André a tout son temps, le Domaine est fermé pendant les Fêtes, alors nous avons profité de l'après midi pour passer en revue de belles séries de vins, pour les commenter et pour échanger sur l'actualité vigneronne.


Sylvaner et Pinot Blanc 2008 :

Deux vins secs et droits avec un profil fruité pour le Sylvaner, plus dense et tannique pour le Pinot dont le gras de l'entrée en bouche précède un corps longiligne et tendu. En 2008 tous les vins ont réalisé la fermentation malolactique ce que André s'efforçait  jusque là d'éviter, craignant que cette fermentation n'enlève au vin de l'éclat en fin de bouche. Pleinement rassuré par le brillant résultat obtenu dans ce millésime, il semble dorénavant ne plus se soucier de cette phase.


Riesling Vignoble d'Epfig 2008, Clos Mathis 2007, Fronholz 2007, Heissenberg 2007, Muenchberg 2007
:

Nez discret et bouche aimable pour le Riesling issu du Vignoble d'Epfig, accompagné de l'acidité typique du millésime, remarquable de finesse et de précision.

Propriété du chef de culture du Domaine, le Clos Mathis est situé sur le ban de la commune de Ribeauvillé sur un sol à dominante granitique qui repose sur des argiles profonds. Compte tenu de son exposition et de sa nature, ce terroir ne souffre jamais de la chaleur. On est conquis par le nez exubérant et par la bouche austère, pure et dépouillée qui finit sur le caillou.

Les sables siliceux et les quartz du coteau du Fronholz participent à la construction de vins denses, tendus et gourmands. Olfaction retenue qui s'ouvre à l'aération mais surtout une extrême précision de la bouche grasse, presque tannique dont la tenue et la longueur étonne pour un vin blanc.

Beaucoup de gras, une onctuosité naturelle et aussi le côté chaleureux typique de ce terroir de grès et de gneiss fort bien nommé Heissenberg. Le rayonnement calorique du vin apporte réconfort et convivialité. Pour la petite histoire, ce sont les Riesling issus de ce terroir qui ont fait l'objet de vinifications en barrique entre les années 1988 et 2002. Depuis, André a abandonné ce type d'élevage.

Enfin élégant Muenchberg où tout est finesse et précision, bouche sphérique délicate aux arômes fruités dans leur jeunesse et qui ne demande qu' à prendre un tour plus minéral au vieillissement.


Pinot Gris Barrique 2007, Fronholz 2007, Zellberg 2007, A 360 P 2008 :

La particularité des Pinot Gris du Domaine, mais c'est aussi vrai pour leurs cousins noirs ou blancs, est d'être élevés à la bourguignonne en barriques anciennes. Récoltés mûrs mais sans surmaturité, ce qui nécessite une viticulture de qualité, ils sont représentatifs du savoir faire de vinificateur d'André et de ce que l'on peut obtenir de ce cépage sans en attendre un équilibre moelleux comme cela est de coutume sauf à de rares exceptions, même si l'on s'éloigne du profil classique alsacien.

Sec et gras pour le "simple" Barrique, très légère rondeur et énorme densité pour le Fronholz où l'on retrouve une trame tannique, une construction et un fonctionnement identique à celui du Riesling issu du même terroir. Par erreur, mais pour notre bonheur, nous goûtons A 360 P dans le millésime 2008 au lieu du 2007. Techniquement sec le vin offre un profil complexe, plein et parfaitement abouti où tout est déjà en place.

André apprécie beaucoup le millésime 2007 en raison de la pureté aromatique qu'il offre, ce que l'on ne peut que reconnaître. Cependant, pour ma part les quelques 2008 dégustés possèdent une dimension, un fond et une tension supplémentaire tout en conservant de grandes qualités de pureté et de précision.


Muscat Fronholz 2007, Gewurztraminer 2007 :

Dominé par des notes de fleur d'oranger, l'olfaction du Muscat possède une grande délicatesse.  La bouche est également empreinte de subtilité et de raffinement par son équilibre sec et son fruit croquant. Gewurztraminer sans extravagance, nez retenu et corps soyeux, tendre et caressant.


Riesling Muenchberg Vendange Tardive 2007, Gewurztraminer Vendange Tardive 2007, Gewurztraminer Epfig Sélection de Grains Nobles 2007, Gewurztraminer Fronholz Sélection de Grains Nobles 2007 :

Force est de reconnaître après cette impressionnante série de vins en surmaturité que peu de vignerons sont capables d'atteindre un tel niveau de précision dans les arômes et d'équilibre dans les structures. L'extrême qualité du botrytis, pourtant rare -sauf exception- dans ce millésime 2007, a apporté une dimension remarquable qui élargit la palette aromatique tout en la respectant.

Les Sélections de Grains Nobles possèdent de la salinité et des degrés d'alcool situés aux alentours de 8° car comme André aime à le préciser : " Il s'agit d'un jeu entre le sucre et la tension minérale, l'alcool n'apporte rien".


Précision et élégance dépouillée guident le vigneron dans son travail . Classicisme et avant-gardisme se côtoient pour offrir des expressions sereines et abouties des terroirs qui par ailleurs sont servis par une viticulture de grande qualité.



Repost 0
Published by Oenophil - dans Domaines
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 06:13


Rebberg, Kastelberg, Wiebelsberg par F ZVARDON




Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
25 novembre 2009 3 25 /11 /novembre /2009 18:27



Non, Jean-Pierre RIETSCH n'est pas sage, il s'autorise même quelques digressions en élaborant des Cuvées Insolites qui sortent du cadre traditionnel par leur approche originale ou expérimentale. Élevages longs conduits sans soufre, mise en bouteille sans filtration et pour résultat de forts belles cuvées qui ne restent pas très longtemps disponibles.

Après Entre Chien et Loup et Murmure maintenant épuisés Jean-Pierre propose Pas Sage, un Pinot Noir vinifié en blanc élevé pendant 22 mois en barriques anciennes et Sans Doute un Riesling enrobé et gras à la bouche étincelante.




Fruits d'un travail de réflexion en collaboration avec M.DREA, une artiste résidant à Mittelbergheim, les étiquettes toujours remarquables par leurs graphismes habillent les bouteilles avec élégance.

Les Cuvées Insolites, les vins en élevage du millésime 2009, de vieux millésimes et bien entendu les vins de la carte pourront être dégustés le samedi 5 et le dimanche 6 décembre à l'occasion des Portes Ouvertes du Domaine.

D'autres cuvées insolites verront bientôt le jour dont une de Klevener d'Heiligenstein vinifié en sec qu'il ne faudra pas laisser passer.




Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 09:22



L'Esca est une maladie du bois causée par plusieurs champignons qui dégradent succesivement les rameaux, le tronc et les racines. L'Alsace n'échappe pas à ce fléau qui frappe l'ensemble de la viticulture européenne.

Bien que quelques cépages apparaissent plus résistants, aucun n’est à l’abri des attaques qui peuvent provoquer des dépérissements, suivis de la mort des pieds. La maladie peut présenter deux aspects :
  • soit une altération du feuillage : décoloration internervaire qui évolue vers un dessèchement, les raisins grossissent mal, l’aoûtement de l’extrémité des bois ne se fait pas.
  • soit une mort brutale du pied (apoplexie) : pendant les grandes chaleurs (juillet-août) et souvent à la suite d’un orage, le feuillage et les grappes se dessèchent brutalement. (Source Tyflo)




Le seul remède efficace contre cette maladie est un dérivé de l'arsenic: l'arsenite de sodium. Cependant en raison de sa toxicité pour l'homme et pour l'environnement son usage est interdit. Alors la seule prophylaxie consiste à éliminer les pieds qui sont touchés.




C'est la tâche à laquelle Florian du Domaine BECK-HARTWEG à Dambach-La-Ville s'attaque actuellement dans une parcelle siuée au sommet du Grand Cru Frankstein. Les pieds malades sont arrachés à la pioche et éliminés. Parfois lorsque la maladie semble à son tout début, il suffit de laisser un pampre se développer à la base du cep et de couper ce denier au dessus du pampre en espèrant que la maladie ne soit pas encore descendue plus bas. Le pampre servira d'arcure pour l'année suivante. Cependant cette méthode n'offre aucune certitude car il est difficle d'évaluer la progression de la maladie.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
2 novembre 2009 1 02 /11 /novembre /2009 19:30




De passage en Alsace, Bertrand HABSIGER, ancien sommelier d'établissements étoilés tels que l'Arnsbourg, la Chenaudière et le Valet de Coeur, a apporté avec lui pour nous les faire découvrir, les dernières productions de la Fattoria Di Caspri, jeune Domaine Toscan dont il a assure la direction depuis 3 ans.


Située à 50 kilomètres au Sud de Florence entre Sienne et Arezzo, la propriété compte 6 hectares de vignes dont seulement 4 sont en production actuellement et 9 hectares d'oliviers. L'encépagement est majoritairement constitué de Sangiovese ainsi que d'autres cépages autochtones moins connus comme le Ciliegiole, le Canaiolo ou le Trebbiano Malvoisia.


Depuis la reprise du Domaine en 2006, les vignes sont soignées en biodynamie grace aux conseils éclairés d'un consultant de choix puisqu'il s'agit de Patrick MEYER.


Après des cuvaisons de 3 à 5 semaines réalisées en vendange entière  dans des cuves tronconiques en bois de 15 hectolitres, les vins sont élevés en barriques et demi muids sans ajout de soufre pendant 18 à 22 mois, puis mis en bouteille sans filtration et sans apport de sulfites.


Le Rosso Di Caspri est un 100% Sangiovese issu de vieilles vignes de plaines et de jeunes vignes de coteaux. Comme les autres 2008 que nous découvrirons ce soir, il a été tiré du fût il y a quelques jours avant de réaliser un périple de plus de 700 kms qui ne semble pas l'avoir affecté. Du fruit, une puissance mesurée qui s'exprime dans une bouche relâchée, tendue et sans creux. Le vin est simple, rustique dans le bon sens du terme avec une palette d'arômes singulière sans boisé sensible. L'accent est mis sur la fraîcheur et la gourmandise immédiate avec une belle finale réglissée et parfaitement nette.


Le Poggio Cuccule est issu de vieilles vignes de Sangiovese provenant du lieu dit éponyme. Le 2008 est remarquable par sa trame tannique d'une extrême finesse et d'une intense densité. L'expression est épurée avec beaucoup de fond et de profondeur et la marque du terroir bien présente . Le millésime 2007 qui a été embouteillé il y a une semaine semble perturbé par la mise. On retrouve cependant la même finesse dans la structure et aucune lourdeur en bouche malgré la puissance du vin.


Surprenant Cilliegiolo, assemblage de Giliegiole et de Canaiolo, un vin dont la production trop confidentielle a tout pour me plaire par son côté "décalé" qui me fait penser par certains côtés à un Pinot d'Aunis. Une bouche épicée et pimpante, un vin nerveux à la finale réglissée qui se prolonge par un retour sur les épices. Intense sensation de fraîcheur pour un vin sans détour à boire à l'ombre d'un olivier sous le soleil toscan.


La cuvée de blanc Luna Blu 2007, issue de Trebbiano Malvoisia, est déclinée en 2 versions selon qu'elle a fait l'objet d'une macération de quelques jours ou pas. Plus de gras et de cohérence dans la cuvée macérée qui elle aussi vient d'être mise en bouteille il y a quelques jours. Des vins au caractère "space" comme aime à le souligner Bertrand.


La progression des vins sur les 3 millésimes qu'il m'a été donné de découvrir est remarquable car le travail mené dans les vignes porte ses fruits. Élaborés dans un esprit "nature", les vins sont précis, justes et évidents. Ils possèdent la typicité et le caractère singulier que l'on attend de cette région,contrairement à la mode qui pousse de nombreux toscans à vouloir produire des copies de Bordeaux. Les tarifs sont actuellement, et je l'espère encore pour longtemps, très doux.


Ce compte rendu serait incomplet si j'oubliais de souligner également la grande qualité de l'huile d'olive non filtrée, obtenue par une réelle extraction à froid.


Alors Caspri, c'est pas fini*, et c'est même très prometteur.


*Je sais c'est très facile, mais je ne pouvais pas m'en empêcher.


Fattoria Di Caspri
Strada Vicinale da Ucerano
Frazione Rendola
Localita Caspri
52025 Montevarchi

Contact  : bhabsiger(at)fattoriadicaspri.com


Repost 0
Published by Oenophil - dans Domaines
commenter cet article
29 octobre 2009 4 29 /10 /octobre /2009 13:40



 
 
Repost 0
Published by Oenophil - dans Vidéos
commenter cet article
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 14:32








Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 14:50

Monsieur HUGEL,

 

Il y a des discours que j’ai du mal à accepter surtout lorsqu’ils sont tenus sur des médias étrangers, par ceux qui sont sensés défendre la notoriété de la viticulture alsacienne et profitent des efforts considérables de l’interprofession pour promouvoir les vins d’Alsace à l’étranger. C’est le cas de vos récentes déclarations publiées dans la revue DECANTER afin de justifier les raisons qui font que vous ne revendiquez pas les terroirs dont vos vins sont issus.

 

Alors que la viticulture française doit faire face aux attaques menées sur différents fronts par les cercles hygiénistes et par le libéralisme de la commission européenne, alors que les marchés à l’export sont davantage confrontés à la crise, quel l’intérêt peut trouver un négociant alsacien réputé, à critiquer avec virulence les Grands Crus d’Alsace « qui manqueraient de crédibilité et d’ambition ».

 

La plupart des vignerons font preuve de beaucoup de générosité, de conviction et d’idéalisme dans leur démarche, cependant leur activité comme la vôtre reste soumise à des contingences commerciales. Que ces contingences se soient manifestées lors de la création de l’AOC Alsace Grand Cru n’est pas surprenant mais de là à opposer un négociant vertueux dont la démarche est fondée sur l’éthique à une bande de vignerons aux intentions bassement mercantiles, c’est un peu forcer le trait et laisse supposer que vous possédez le monopole de l’éthique.

 

Si les Grands Crus « manquent d’ambition » alors pourquoi n’avez-vous pas montré la voie à l’intérieur du système au lieu de vous réfugier dans une AOC Alsace encore moins contraignante ?

 

Fort de vos 370 années d’expérience, vous auriez pu servir vos terroirs par une viticulture plus exigeante et plus respectueuse de l’environnement que ne le demandent les textes, comme le font certains de vos collègues engagés dans la démarche terroir et ardents défenseurs du vignoble. Vous auriez aussi pu ne revendiquer que les parcelles que vous jugez dignes de faire partie des Grands Crus historiques du Sporen et du Schoenenbourg. Cette démarche aurait été tout à votre honneur et ce devoir d’exigence vous aurait alors placé dans une position incontestable.

 

Non Monsieur HUGEL je n’accepte pas votre discours qui consiste à dénigrer l’Alsace à l’étranger. Cela ne vous sert pas, cela ne sert pas le vignoble et moi qui ne suis pourtant qu’un alsacien d’adoption, ça me gêne.

 

Philippe BON

 

 

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 16:16



Première édition du Mondial de la Bière ce week-end à Strasbourg. Ceux qui se souviennent  des dernières éditions d'Eurobière regretterons le faste passé, mais l'objectif que s'est donné l'organisation de privilégier les bières artisanales du monde entier est atteint.




Par chauvinisme je me suis surtout attardé autour des stands des brasseries locales qui je dois l'avouer m'ont réservé de belles surprises. En dehors du poids lourd local METEOR qui produit des bières de qualité il y avait également des micro brasseries qui méritent d'être découvertes.




La Brasserie LAUTH de Scharrachbergheim faisait déguster '"l'Eté Indien" Une bière fruitée et désaltérante brassée avec 5 malts et aromatisée aux pêches de vigne et au miel de châtaigne.

Christian ARTZNER , Maître brasseur de la toute jeune brasserie PERLE de Strasbourg, présentait une bière spéciale élaborée pour l'occasion et  baptisée "La Mondiale" puisque brassée avec des épices,des malts et des houblons venant des 5 continents. Le premier brassin de bière PERLE en bouteille pourra être dégusté le samedi 7 novembre prochain de 10 heures à 19 heures au Village de la Bière, 22 rue des Frères à Strasbourg.




Autre coup de coeur, la Brasserie de Lobsann, petite localité située au Nord de l'Alsace tout près de Soultz-Sous-Forêt. Un gamme de bière impressionnante avec des Blondes, des Ambrées, des Blanches et des Brunes, déclinées en version Village, Maison ou Garde selon le degré d'alcool. Tous les échantillons goûtés présentent un équilibre et une finesse extrême, obtenue par de savants assemblages de malts. La production est encore confidentielle mais l'esprit dans lequel les bières sont élaborées me convient parfaitement. J'espère dans un proche avenir vous en parler plus en détails.


Brasserie LOBSANN
4 bis rue Principale
67250 LOBSANN
03 88 80 53 68

Bière Artisanale PERLE
12 rue Aubry et Rau
67000 STRASBOURG
06 89 84 30 41

Brasserie LAUTH
63 route Principale
67310 SCHARRACHBERGHEIM
03 88 50 66 05
Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
13 octobre 2009 2 13 /10 /octobre /2009 07:48



Depuis hier, Vin-Terre-Net est en ligne. Site de pur contenu destiné aux amoureux du vin et de son univers, il est alimenté par une équipe de passionnés à qui je transmets mes félicitations et mes encouragements.

Pas encore de rubrique Alsace mais celà ne saurait tarder.

Nouveau venu également sur le net, le blog de Laurent LALOUETTE consacré aux vins de Loire : Ma Passion des Vins de Loire.

Et puis pour ceux qui ne le connaissent pas encore, bien qu'il soit maintenant en ligne depuis presque un an, le nouveau site du CIVA (Comité Interprofessionnel des Vins d'Alsace).

Sans oublier Nature et Ressenti, le blog de Régis AMBEIS, spécialiste de la géobiologie et de la biodynamie.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article