Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 19:11

 

 
Nous continuons la promenade en nous rendant au sommet du Horn, juste derrière la statue du Sacré Coeur qui domine l'Altenberg de Wolxheim.  Bruno y possède une parcelle bien exposée de jeunes Sylvaner qui semblent se plaire sur les sols karstiques pauvres de ce petit plateau. Les haies attenantes et la petite clairière sont d'une infinie richesse du point de vue de la diversité des végétaux.
 
 
Lotier jaune, lamier blanc se mêlent aux plantes aromatiques que sont l'origan, le serpolet, le lin sauvage et la menthe. Le travail en Bio des parcelles permet à toutes ces espèces de recoloniser la vigne et Bruno s'en réjouit.

 
En ce moment c'est le bugle rampant qui colore la pelouse calcicole d'un joli bleu. Au début de l'été c'est la marjolaine qui fleurira.

 
Les aristoloches sont déjà là, bien entendu pas encore fleuries. Ces plantes sont indicatrices d'un vignoble calcaire où ne subsiste que peu d'humidité résiduelle. D'ici un mois et demi de nouvelles espèces vont coloniser l'espace, il sera alors intéressant de revenir se promener dans ce secteur.
 
Dans quelques années, lorque la vigne aura gagné en maturité, les Sylvaner du Horn feront l'objet d'une cuvée parcellaire qui viendra rejoindre celle dite "Dionysos Kapelle" située en bas de coteau juste à côté du cimetière et de sa chapelle.
  
Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 15:56


Biodiversité : Wolxheim avec Bruno SCHLOEGEL (1)




La vigne est un jardin, encore faut-il ne pas l'asperger de pesticides et de désherbants qui détruisent toute vie animale ou végétale. Ce samedi matin j'accompagne Bruno SCHLOEGEL du Domaine LISSNERà Wolxheim pour une grande virée dans ses vignes à la recherche des plantes bio-indicatrices.
 
 



Et pour commencer les fonds de vallons avec leurs plantes à bulbes qui fleurissent en ce début de Printemps. Les lumineux muscarisdes vignes au bleu intense qui contribuent à aérer les sols.
 
 



Dame de 11 heuresqui attend la fin de matinée pour éclore et livrer la blancheur immaculée de ses pétales.




Délicieux poireaux sauvages qu'il ne faut pas hésiter à croquer pour apprécier la finesse des arômes. Avec les tulipes sauvages, les étoiles jaunes, l'ail des ours et la ciboulette, toutes ces plantes à bulbes sont indicatrices de la vie du sol. Présentes jusqu'à la fin du Printemps elles contribuent à évacuer l'eau superficielle des bas de coteaux. Elles ne font aucune concurrence au développement de la vigne et aèrent les sols.

 

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 19:41


Muscat sur Fil au Domaine GLOECKLER




La recherche de surmaturité du raisin est une pratique très ancienne en Alsace. Le chanoine Médard Barth, dans son ouvrage sur l'histoire de la viticulture alsacienne, fait référence à de telles pratiques dès le Moyen Age et une des plus anciennes étiquettes connue en Alsace est celle d'un vin de paille millésimé 1824 du Domaine Kirchner à Dambach-la-Ville.

 

Plusieurs méthodes sont utilisées pour obtenir la concentration des sucres et les vins de paille, de glace, botrytisés ou passerillés ont été élaborés de tout temps en Alsace.

 

Roland Gloeckler et son fils Luc souhaitent perpétuer cette coutume inscrite dans la tradition chrétienne et usuelle dans les « grandes maisons » alsaciennes qui élaboraient ces cuvées d'exception pour marquer les événements les plus marquants de la vie des membres de la famille.

 

Cependant au Domaine Gloeckler, la pratique est originale tant par le choix des cépages que par la méthode utilisée.

 

Les grappes de Muscat Blanc à petits grains, Muscat à peau rouge et Muscat Ottonel récoltées le 23 septembre 2008 sur une parcelle du lieu-dit Hoel près d'Heiligenstein ont été vendangées le 8 avril 2009 après être restées suspendues sur fil pendant tout l'hiver.

 

Cette technique de suspension a pour avantage d'éviter les faux goûts qui résultent du contact du raisin avec les clayettes de séchage ou bien avec la paille, lorsque le raisin est séché sur cette matière, mais aussi d'éviter la formation de botrytis.





Roland insiste : ce jour est un jour de vendanges, puisque c'est aujourd'hui que le jus du raisin va couler. De plus, la date de ces vendanges n'a pas été choisie au hasard puisque qu'il souhaitait qu'elles aient lieu pendant la semaine Sainte comme cela se pratique pour la réalisation du Vino Santo en Italie.

 

Et il faut bien avouer que la méthode est appropriée quand on observe avec attention les belles grappes passerillées qui oscillent au gré des courants d'air dans le grenier du Domaine.

 

Cette cuvée est la neuvième de Muscat sur fil après celles réalisées dans les millésimes 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002 et 2004. Elle portera le nom de Cuvée Luc.

 

Les vendanges sont réalisées en famille et en un tour de main les grappes se retrouvent dans le pressoir. Il faudra être patient avant que ne coule le premier jus qui affichait un potentiel de 21,5 °.

 

Une bonne centaine de bouteilles de 50 cl seront produites sous réserve du bon déroulement de la fermentation et de l'élevage. Seulement une moitié seront mises en ventes car Roland souhaite avant tout suivre l'évolution de ses cuvées dans le temps et aussi les faire découvrir qui ceux qui s'intéressent à son travail.

 

 



La dégustation de quelques millésimes s'imposait pour conclure cette journée de vendanges que je qualifierais de la plus tardive du millésime 2008 (n'est-ce pas David ?)


Muscat sur Fil 2000 : vendangé le 20 mars 2001, 90 grammes de sucres résiduels et d'agréables amertumes qui structurent le vin. L'aromatique est précise avec de belles notes variétales confites et une acidité pointue bien intégrée. La longueur ne tient pas au sucre mais au fond parfaitement présent.

 

Muscat sur Fil : 2002 : des arômes confits de quetsche et de mirabelle qui ne laissent pas deviner le cépage. Des notes de botrytis sont présentes et le miellé qu'elles induisent renforce la sensation de sucrosité. Roland estime que le vin a besoin de quelques années encore pour trouver son équilibre.

 

Muscat sur Fil 1997 : fondu et aérien, ce millésime entre dans sa période de maturité. Aucune lourdeur, une acidité qui transperce le vin et une sensation sèveuse qui s'accompagne de salinité en finale. Très belle expression d'un grand liquoreux.



Domaine GLOECKLER-BRENNER
16 rue Principale
67140 GERTWILLER
www.gloeckler-brenner.fr

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 14:33


KIENTZLER : Eloge du Classicisme




Onze hectares de vignes d'un âge moyen de 35 ans situés pour partie sur les 3 Grands Crus de Ribeauvillé et les  terroirs avoisinants de Bergheim et d'Hunawihr. Des vins secs, droits, parfois austères dans leur jeunesse, et un style sans concession dans le plus grand respect du classicisme alsacien.


C'est Thierry KIENTZLER qui nous fait découvrir le millésime 2008. La veille, trois vins viennent  d'être mis en bouteille, nous les goûtons avant de descendre à la cave. Il s'agit du Chasselas, du Sylvaner et du Muscat 2008, trois vins de cépage aux expressions variétales franches, précises, finement acidulées, qui amènent des bouches claquantes et parfaitement dépourvues de sucres résiduels. Bien que quelque peu crispés par la mise trop récente, tous se goûtent relativement bien.


Le reste des mises se déroulera du mois de juillet juste avant les prochaines vendanges pour laisser aux vins de terroirs le temps nécessaire pour profiter un élevage de qualité sur lies fines.


La vaste cave est est occupée dans sa première partie de nombreux petits foudres en bois qui permettent de réaliser des vinifications parcellaires d'un même cépage et éventuellement d'écarter les lots jugés insuffisants avant de réaliser l'assemblage final qui précède la mise en bouteille.


Dans la seconde partie de la cave située juste en dessous du vendangeoir se trouvent les cuves inox de débourbage et quelques autres réservées semble t-il à l'élevage des Pinot Gris et des Gewurztraminer.


Sauf exception, pas de fermentation malolactiquepour conserver la droiture propre au style du Domaine, cette année seule une cuve de Pinot Gris a dérogé à la règle. Malgré celà, les acidités puissantes du millésime sont bien équilibrées par la maturité de la vendange et les expressions restent gourmandes.

Nous poursuivons la dégustation par le Muscat GC Kirchberg, pur Ottonel à la structure imposante, profonde et toujours sans aucun sucre résiduel. Des 3 cuvées parcellaires d'Auxerrois, la dernière est la plus riche. Restent encore quelques 4 grammes de sucres qui sont entrain de fermenter. L'aromatique est précise, les vins ciselés et l'assemblage des cuves laisse envisager  un vin cristallin pourvu d'une belle colonne acide.


Puis nous passons aux Riesling, Cuvée générique qui doit encore gagner en gras avec l'élevage, Cuvée Particulièreà l'olfaction de coquille d'huître et à la salinité redoutable, un vin de puriste, vif et éclatant.


Cuvée François Alphonse issue de Riesling des Grands Crus Geisberg et Osterberg, dont 2008 sera la troisième édition après les cuvées 2004 et 2007. De la densité et du fond, une attaque sèche et tannique puis une agréable sensation de rondeur, d'amplitude,  sans pour cela qu'il reste quelque sucre.


Riesling Grand Cru Osterberg à l'austérité légendaire portée par une acidité citronnée.  Expression virile, massive et tannique d'un grand Riesling de terroir.


Fleuron du Domaine, le Riesling Grand Cru Geisberg présente dans sa prime jeunesse une acidité avenante et une bouche large et généreuse. Inutile de préciser que tous les Riesling possède une salinité remarquable et sont construits pour la garde.


Pinot Gris et Gewuztraminer génériques s'inscrivent dans un style droit et dépouillé de tout artifice. Il faut goûter l'Auxerrois Kissu du Grand Cru Kirchberg pour trouver un soupçon de rondeur. Récolté à 14° potentiel, il est élevée pour partie en barrique et sera assemblée avant la mise.


Élégant Pinot Gris Kirchberg, élancé et tendu alors que son pendant issu de l'Osterberg reste plus en retenue à ce stade de l'élevage.


Nous terminons ce tour de cave par les cuvées de Gewurztraminer Grand Cru Osterberg, lui aussi austère mais déjà minéral par sa salinité et par le Gewurztraminer Vendange Tardiveaux jolis accents de botrytis.


Sévères, précis et droits, les vins de terroir du Domaine KIENTZLER ne s'expriment pleinement qu'après quelques années de garde. Un Geisberg 2001 ouvert récemment a donné la preuve qu'il en avait encore sérieusement "sous la semelle" et qu'il était même encore trop tôt pour le goûter dans sa phase la plus intéressante.

Domaine KIENTZLER

50, route de Bergheim
68151 Ribeauvillé
03 89 73 67 10

Repost 0
Published by Oenophil - dans Domaines
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 10:44


Belle Journée à Mittel




Par un beau temps sec et ensoleillé qui permettait d'apercevoir la Cathédrale de Strasbourg, Jérôme BRANDNER et ses collègues vignerons de Mittelbergheim ont ouvert leurs caves aux nombreux visiteurs qui se sont pressés toute la journée dans les rues et les Domaines du village.




Dégustation de vins dans tous les caveaux mais aussi de tartes flambées chez André KLEINKNECH et de nombreuses expositions d'artistes alsaciens.


Passage obligatoire chez Christophe, le kiné, pour goûter une Babiole venue d'Ardèche qui me fait dire qu'avec Gilles AZZONI du Mas de le Bégude et le Domaine les Clapas, ça commence à faire pas mal de beau monde dans ce coin là.




Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 18:48


Caves Ouvertes à Mittelbergheim




HENTER'M KALLERLADEL, 3 ème édition ce dimanche 29 mars de 10 h à 19 h à Mittelbergheim.


Les vignerons ouvrent leurs caves, ambiance conviviale et beau temps sont garantis.


Venez nombreux.


 Le programme complet : http://zotzenberg.com/uploads/KL20092.pdf


Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 20:15


Zind-Humbrecht : Millésime 2007



 

Dans les vignes attenantes au Domaine, profitant du beau temps sec, Fabien et sa jument passent les griffes. Je vais les saluer avant de rejoindre le caveau où pendant 2 jours est présenté le millésime 2007.

 

Presque 40 vins répartis en 4 tables et en livret d'accueil, le commentaire du millésime et des vins rédigé par Olivier HUMBRECHT. Parfaitement en accord avec sa lecture, inutile d'en rajouter, inutile également de vouloir "évaluer" ou "noter", juste chercher son plaisir et trouver les vins avec lesquels on est le plus en empathie.


 

Fidèles au style du Domaine, les vins allient sérieux, puissance et précision. La diversité des terroirs bien servie par une viticulture de grande qualité offre une large palette d'expressions.


Nous avions goûté la cave l'an passé en début d'année et comme cela semblait s'annoncer, beaucoup de vins secs puisqu'à l'exception du Brand Vieilles Vignes tous les Riesling sont en indice 1 ou 2.

 




En l'état actuel des choses, mes préférences sont allées aux vins suivants :


Clos Windsbuhl 2007 : Un pur Chardonnay élevé en barrique de 2 à 4 vins, droit et minéral il ne souffre d'aucun complexe vis à vis de la production bourguignone de bon niveau. Un pirate de choix dans une dégustation à l'aveugle.


Riesling Heimbourg 2007 : Finesse, longueur, délicatesse, élégance du fruité. Prêt à boire.


Riesling Clos Windsbuhl 2007: Une structure encore sévère mais un fond et une puissance minérale sous-jacente d'exception.


Riesling Rangen de Thann 2007 : Un terroir unique et un vin qui l'est tout autant parmi ses pairs. La fluidité saline de la structure et le jeu des amertumes qui se superposent sont en tous points remarquables.


Pinot Gris Heimbourg 2007 : Un Pinot Gris sec comme je les aime avec une bouche vive et fumée.


Pinot Gris Clos Windsbuhl 2007 : Parfaite définition aromatique, puissance contenue, droiture et salinité.


Gewurztraminer Hengst 2007 : Elégance des arômes et de la structure toute en dentelle. Un vin minéral et aérien.


Si les vins aux expressions les plus riches, Pinot Gris et Gewurztraminer, ont plus de mal à s'exprimer dans leur jeunesse, il ne faut pas négliger leurs potentiels dans ce millésime très réussi.


J'ai hâte de gouter 2008.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Domaines
commenter cet article
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 07:24


Promenade Matinale autour de Dahlenheim




Un samedi matin brumeux entre Engelberg et Altenberg de Traenheim. Après un hiver assez rude cette année, c'est le moment idéal pour réparer les palissages et fixer les ancres qui tiennent les piquets de bout de rang.




Sous peu il faudra terminer les arcures et aussi replanter les pieds manquants ce qui constitue sur certains terroirs un des travaux les plus durs de l'année.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 15:30


Jean-François GANEVAT : Vin de Paille 2002




Une bouteille offerte par Jean-François GANEVAT lors de mon passage La Combe de Rotalier il y a environ 2 ans. En compagnie d'Olif, d'Eric et de quelques autres, nous avions passé un après-midi verre à la main entre les  caves réparties dans le hameau où Jean-François élève ses vins.


Une journée inoubliable commencée chez Jean Macle le matin et qui s'était terminée après un après-midi bien chargé, dans un restaurant de Pontarlier.


Rien ne manque dans ce Vin de Paille issu de Poulsard, de Chardonnay et de Savagnin. Un joli travail d'oxydation, du fond, de l'acidité, tout simplement très très bon.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 20:19


Etienne LOEW : Bio et Biodynamie




Etienne LOEW  qui conduit en Bio depuis quelques années la quasi totalité de ses vignes, s'est livré au Printemps dernier à ses premiers essais en Biodynamie. Deux parcelles de Pinot Gris ont servi de support à ses expérimentations, une moitié ayant été travaillée en Bio, l'autre en Biodynamie.


Chacunes d'une surface d'environ un hectare et demi, les parcelles des lieux dits Cormier (marnes rouges, exposition Nord) et Bruderbach (grès, exposition Sud) ont reçu pour les parties conduites en biodynamie :


- 3 composts Maria Thun accompagnés de 8 préparats qui ont été répandus sur un jour et demi (soir, matin, soir).

- 2 applications de 500 (bouse de corne) pour dynamiser la plante et renforcer la vie souterraine.

- 1 application de 501 (silice de corne) début juillet pour aider au développement des feuilles.


Etienne souligne avec malice et satisfaction que ceux de ses proches les plus dubitatifs quand à cette approche, ont été les premiers à remarquer les effets bénéfiques de la biodynamie sur la vigne :


- Un port plus vertical de la végétation qui améliore et facilite le palissage.

- Un feuillage plus lumineux.

- De 2 à 4 fois moins de verjus


Dans la cave, après le pressurage individuel des 4 lots, les analyses n'ont pas montré de différence de maturité. Les lots de Cormier ont connu un processus de fermentation identique ce qui n'est pas le cas de ceux de Bruderbach, peut être en raison de la position d'une des 2 cuves située près de la porte et qui a pu subir plus directement l'incidence de la température extérieure.


A la dégustation, les Cormier sont relativement proches au niveau de la structure, seules des amertumes et une perception de l'alcool les identifie. Les 2 lots de Bruderbach montrent plus de différences, l'un est trouble alors que l'autre est clair et si l'on retrouve des trames identiques, on perçoit des aromatiques différentes certainement dues à une présence plus importante de gaz dans l'un des lots.


Il m'est très difficile dans l'état de donner préférence à l'un ou l'autre des lots car les vins ont été dégustés à température de cave, c'est à dire très froids. De plus, il faudrait renouveller plusieurs fois et par plusieurs dégustateurs au cours des mois suivants la dégustation comparative afin de valider si l'un ou l'autre lot domine, ce qui ne manquera pas d'être fait.


Bien entendu, les lots seront assemblés par parcelle avant la mise mais Etienne, en vigneron méthodique, conservera quelques échantillons type de chacun d'eux pour pouvoir en mesurer l'évolution dans le temps.


Comme beaucoup de ses collègues cette année, Etienne, plus motivé que jamais,  vient de décider d'entrer officiellement dans une démarche de conversion à l'agriculture biologique pour faire contrôler et reconnaître son travail. Des solutions techniques ont été trouvées pour les dernières petites parcelles qui ces dernières années posaient problème et l'on ne peut que s'en réjouir.


Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article