Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 12:00

Epfig, le 24 mai 2007

L'objectif de la soirée était de partager les expériences respectives des vignerons présents pour déterminer l'apport de la culture bio et biodynamique à la vigne et aux vins. Nous sommes reçu très sympathiquement par André OSTERTAG entouré de son équipe.

andr--ostertag240507.JPG

 

Créé en 1966, le Domaine OSTERTAG compte maintenant 14 hectares. André a rejoint son père en 1980 et immédiatement imposé sa vision de la viticulture en abandonnant l'usage des résiduaires dès 1982. Sur les conseils de François BOUCHER il s'intéresse à la biodynamie qu'il expérimente d'abord sur quelques parcelles, puis étend à l'ensemble du Domaine en 1998.

Aujourd'hui le Domaine est certifié en bio par ECOCERT. La certification en biodynamie n'a jamais été demandée, cependant André semble revoir ses positions et s'orienter vers une certification afin que son mode cultural soit reconnu et également pour se démarquer de ceux, de plus en plus nombreux, qui revendiquent la biodynamie sans vraiment la pratiquer, en dehors de tout organisme certificateur.

La dégustation porte sur les cépages Pinot Gris et Riesling, issus du terroir Fronholtz, dans les millésimes 2005, 2000, 1998, 1996, plus quelques bonus. 

Le Fronholz est situé sur le versant Sud Ouest de la colline d'Epfig, son sol caillouteux est un mélange d'argiles de quartz de silice et de marnes truffées de gros conglomérats provenant de l'érosion des montagnes vosgiennes. Il bénéficie compte tenu de son exposition d'un ensoleillement très long. 

Les Pinot Gris

Les Pinot, qu'ils soient Noir, Blanc ou Gris du Domaine sont élevé en barriques. Inspiré par son ami Dominique LAFOND, André opte dès 1983 pour les méthodes d'élevage bourguignonnes ce qui n'est pas sans lui causer alors de nombreux problèmes d'agréments.

Les Pinot Gris vinifiés en sec effectuent leur fermentation alcoolique et malolactique en barriques. Depuis 2000 adandon du bâtonnage, dans la mesure où cette pratique exacerbe les arômes secondaires et enlève de la pureté aromatique aux arômes primaires précis des vins d'Alsace.

Pour mémoire les Pinot Gris Fronholz ont été plantés en 1989

Pinot Gris Fronholz 2005 (14,2°, 5,6 ac, 6 g sr)

Elevage de 11 mois en barrique, soutiré 1 mois avant la mise. 30% de bois neuf. Le boisé est fin et élégant, très belle longueur, finale un peu chaude.

Pinot Gris Fronholz 2000 (13,6°, 6,5 ac, 8 g sr)

Plus de fraîcheur que dans le précédent, une belle patine s'est installée, l'élevage est parfaitement intégré.

Pinot Gris Fronholz 1998 (13,1°, 7,4 ac, 3 g sr)

Le nez est grillé avec de belles notes fumées. Très sec en bouche, avec une réelle complexité aromatique et une acidité précise. Le tranchant de l'acidité est consécutif à une piqure lactique apparue en fin de fermentation malolactique.

Pinot Gris Fronholz 1996 (13,8°, 7 ac, 8 g sr)

Nez riche et complexe sur des notes de fruits acidulés, de litchi et de truffe. Le vin est détendu avec un beau gras et l'acidité malique typique du millésime.

La série de Pinot Gris démontre une belle maîtrise de l'élevage en barrique. Les vins sont ni marqués ni maquillés. La qualité et le niveau des acidités sont aussi remarquables. Les vendanges réalisées fin septembre pour récolter des raisins mûrs mais sans surmaturité.

 Les Riesling

Riesling Fronholz 2005 (12,3°, 7,1 ac, 7 g sr)

Le nez est anisé, la bouche droite et précise, très belle matière. La vigne est mature et son rendement parfaitement équilibrée. Les Riesling sont élevés exclusivement en cuves inox. Les essais de vinification en barrique pour ce cépage ont été abandonnés depuis longtemps.

Riesling Fronholz 2000 (13°, 5,5 ac, 12 g sr)

Une seconde bouteille a été ouverte à la suite de remarques concernant des déviations aromatiques liées au bouchon. En effet le nez au profil terpénique du premier échantillon est surpassé en précision et en éclat par celui provenant de la 2ème bouteille. Autant le premier vin est évolué que le second reste sur un fruit flamboyant, gras et précis.

Riesling Fronholz 1998 (12,5°, 6,5 ac, 13 g sr)

Belle expression terpénique, l'acidité équilibre parfaitement un léger moelleux.

Riesling Fronholz 1996 (12°, 5 g sr)

Vendangé le 29 octobre, les Riesling précédents l'ont été aux environs du 15. Le profil très 96 possède de nombreuses similitudes avec celui du Pinot Gris du même millésime. En règle générale les vins de ce millésime ont du mal à s'ouvrir, certains font remarquer qu'ils risquent comme les Bordeaux 75 de ne jamais le faire…

Riesling Fronholz 1989

Une belle matière, mais la sensation d'un creux en milieu de bouche. Finale moyenne qui manque de longueur.


La dégustation des Riesling apporte la démonstration qu'il n'est pas obligatoire d'attendre des fortes maturités pour récolter. Les vins présentés sont secs avec de belles matières et des teneurs en alcool relativement faibles. 

Bonus…

Pinot Gris 1988 A360P

Superbe fraîcheur, olfaction marquée par des notes de pain grillé et une fine volatile. Le vin n'a pas été filtré, seul un léger collage a été réalisé. La bouche est parfaitement sèche, longue, remarquable.

Les vignes étaient à ce moment là encore fort jeunes et leur potentiel s'est maintenant bien amélioré.

Le vin est issu du Grand Cru Muenchberg, il porte le nom de A360P à la suite de problèmes d'agrément qu'il connut alors. A360 P étant le nom de la parcelle dont il est issu.

Gewurztraminer SGN Fronholz 2005 ( 10,5°, 5,4 ac, 205 g sr)

Ce qui surprend, ce sont ces arômes de raisin frais bien éloignés des profils habituels et variétaux des Gewurztraminer. Le vin est porté par le sucre, mais sans lourdeur malgré les 205 grammes de sucres résiduels présents.


Même si ses qualités de vinificateur sont incontestables, André OSTERTAG explique que le travail en biodynamie mené dans les vignes est un apport significatif pour ses vins et qu'il lui reste encore une belle marge de progression.

Parmi les apports de la biodynamie, un élément factuel et incontestable est une meilleure régulation des rendements des différents millésimes. Cet élément est confirmé par les biodynamistes présents qui donnent pour exemple le millésime 2003 dont le niveau de rendement est resté très proche de la moyenne habituelle alors qu'il a été nettement inférieur chez ceux qui travaillent de façon conventionnelle.

Les autres points positifs de la biodynamie concernent la capacité que la vigne développe pour se défendre des maladies et le meilleur équilibre végétal qui est obtenu. Le rognage tardif, réalisé fin juillet lors de l'arrêt végétatif, apporte une meilleure luminosité au végétal.

Le goût des raisins se voit amélioré. Les pluies ont peu d'impact sur les baies qui se gorgent moins d'eau et conservent ainsi de meilleures qualités organoleptiques.

Les vins gagnent en digestibilité, minéralité et précision. Cet argument est unanimement partagé par les biodynamiciens qui affirment que leurs vins sont mieux acceptés par l'organisme.

Le travail intelligent des sols qui est effectué au Domaine participe également à la qualité des vins. La marge de progression dans la biodynamie est liée à un apport en effectifs afin de réaliser les différents travaux aux dates les plus favorables, ce qui n'est pas toujours possible pour des raisons d'organisation et de météo.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Philippe - dans Domaines
commenter cet article

commentaires