Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 11:35
Vendredi 28 septembre 2007


Matassa


Matassa.JPG

Très joli vin blanc, issu de Grenache Gris et de Maccabeu, produit en 2004 au Domaine Matassa à Calce dans les Pyrénées Orientales.

Le vin possède une surprenante fraîcheur minérale et une palette aromatique forte et précise. Tout est fait dans l'élégance et la subtilité sans aucune prétention.

Un vin parfaitement juste, évident et gastronomique.

Domaine Matassa
Tom et Nathalie LUBBE
66600 CALCE
04 68 64 59 08
Repost 0
Published by Philippe - dans Dégustations
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 10:16
Nothalten, le  13 juin 2007

Pinot Noir d'Alsace, mais aussi d'ailleurs...


PN-1-copie-1.jpg

Pinot Noir alsaciens mais aussi d'origines diverses qui se sont glissés en pirates dans cette dégustation.Une fois de plus je ne peux que constater les limites de ce type d'exercice, où des vins pourtant de bonne facture peuvent parfois se présenter sous un jour qui n'est pas le meilleur. Je me garderai donc bien de tirer des conclusions définitives sur les bouteilles qui n'ont pas brillé ce soir là.


Et pour commencer, un Pinot Noir vinifié en blanc du Domaine Rietsch à Mittelbergheim. Ce Blanc de Noir 2006 possède une rare puissance qui en fait plutôt un vin d'hiver. De son élevage en foudre il a conservé une légère prise de bois et une petite note de caramel qui devrait s'effacer avec le temps.


Suit ensuite, toujours du même Domaine, un Pinot Noir 2006 vinifié en rouge. Le vin est trouble car tiré du fût, non sulfité, il possède une belle trame aromatique, beaucoup de fraîcheur et de gourmandise. Le Demi-Muid 2005 au nez finement vanillé montre une bouche claquante et épicée, c'est un vin à boire sur le fruit.


Un bel élevage dans de vieilles barriques pour la cuvée des Pierres Chaudes 2006 du Domaine Julien Meyer à Nothalten pour obtenir un vin de soif, évident et fruité. Plus ambitieux et toujours du même vigneron le Pinot Noir Heissenstein 1997 qui ce jour là n'est pas au niveau où on le trouve habituellement. La bouche n'est pas parfaitement nette, conséquence possible d'une déviation liègeuse.


Un premier nez marqué de notes de suie et de chauffe qui évolue sur de surprenants arômes de gentiane à l'aération. Une structure qui manque un peu d'ampleur, mais un vin frais, tout en simplicité avec une rétro harmonieuse et une acidité rafraîchissante. C'est la Quintescence 2004 de Dominique Frey à Dambach La Ville.


Josmeyer
ne produit que quelques 800 bouteilles de Pinot Noir chaque année. L'unique parcelle est située sur le Grand Cru granitique Brand. Deux millésimes ont été dégustés : le 2004 avec un profil soyeux et suave mais aussi un peu chaud et le 2001 qui avec l'évolution montre un beau fruit et des arômes de myrtilles et d'airelles. Le Domaine est en phase de recherche pour valoriser au mieux l'expression de cette cuvée qui de mon point de vue s'exprime mieux à table qu'au cours d'une dégustation.


Un bel équilibre avec une bouche épicée et une olfaction marquée par des arômes de viande et de fruits rouges. Le Pinot Noir 2004 d'André Stentz à Wettolsheim est un vin parfaitement cohérent même s'il manque un peu de puissance tannique.


Incontestables, trois vins ont fait l'unanimité de l'ensemble des dégustateurs en montrant de grandes qualités de style et d'équilibre.


Pinot Noir 2005 Albert Maurer Eichhoffen

Derrière une très légère réduction on découvre un beau fruit accompagné d'épices. La bouche est soyeuse, fraîche et tendue. Beaucoup de plaisir et de gourmandise et de belles perspectives en ce qui concerne la garde.


Pinot Noir 2004 Runtz André Rieffel Mittelbergheim

Un nez engageant qui mêle les arômes d'épices et de tabac, une pointe de volatile qui apporte de la vivacité. L'attaque est franche, la bouche large et charnue. Riche et léger à la fois avec un superbe registre aromatique accompagné de notes de marc de raisin. Vendange non égrappée.


Pinot Noir 2003 LNO12 Gérard Schueller
Husseren Les Châteaux

Olfaction complexe d'une incroyable richesse, on sent tout de suite la marque d'un grand vin sans soufre. La bouche est ouverte, large, la matière parfaite d'équilibre avec un beau grain. Une belle cohérence entre le nez et la bouche et une structure construite sur le minéral. On est loin de penser à 2003, et pourtant….


Quelques déceptions et une belle surprise parmi les pirates.



Après un Pinot Noir 2001 Saint Innocent originaire de l'Orégon en manque d'identité mais sans défaut toutefois, trois Pinot Noir de Bourgogne.


Un Pommard 2000 1er Cru Pézerolles Ballot Millot à l'attaque liégeuse avec une bouche sèche et une finale dure suivi d'un Beaune 2002 de Thierry Guyot très loin d'apporter le plaisir habituel, puis un agréable Chassagne Montrachet 2002 1er Cru Morgeot de Philippe Chapelle avec une belle olfaction mêlant des senteurs animales, fumées et fruitées bien suivie d'une bouche puissante et minérale qui demande encore à s'assouplir.


La bonne surprise nous vient de l'Hérault avec un Clos du Curé 1999 du Domaine Lisson à Olargues. Un nez fin, aérien et élégant, une bouche riche en tannins avec de la puissance mais sans dureté et une finale bien soutenue par une agréable astringence. Une très belle matière et surtout un vin qui possède une personnalité bien affirmée.


Lisson-copie-2.jpg


Repost 0
Published by Philippe - dans Dégustations
commenter cet article
17 juillet 2007 2 17 /07 /juillet /2007 20:53
Eichhoffen, le mardi 10 juillet


OXYDATIFS


Passionnante soirée consacrée aux vins oxydatifs (ou supposés l'être). Parmi les vins Français, Hongrois, Espagnols et Portuguais qui ont été goûtés, nous retiendrons :



Kies-copie-1.JPGPinot Auxerrois Kiespfad 2002 H. et H. Hausherr Eguisheim

Un nez élégant, vif et clairement oxydatif qui s'exprime par des notes de fruits à noyaux. La bouche est fraîche et racée avec une puissance contenue et une longue finale. Un vin sec et bien équilibré sans chaleur alcooleuse et parfaitement gastronomique.



Coulée de Serrant 2004 N. Joly Savennières


Pas vraiment oxydatif, je dirais même pas du tout. Grosse matière et boisé puissant sans intégration à ce jour. Le vin est séquentiel, contracté et se termine par une finale asséchante et chaude avec un alcool agressif. On est loin du travail sur l'oxydation réalisé dans les années 1995 à 2000 qui avait pour conséquence d'affiner les alcools et de relâcher le vin. Une surprenante vinification plutôt conventionnelle finalement, au regard de celles auxquelles Nicolas Joly nous avait habitué.


PG de Table 2004 G. Schueller Husseren les Châteaux

La robe est trouble, l'olfaction un défilé de senteurs qui vont du caramel au café en passant par le jambon fumé et l'Ovomaltine. Pas d'arômes issus de la palette oxydative habituelle. Le vin se met en place lentement en bouche après un premier abord un peu rude. Beaucoup de fraîcheur, présence d'une trame tannique relâchée qui appelle à y revenir. Beaucoup de précision avec des notes citronnées et un fonctionnement de l'acidité propre à l'Alsace. Digeste et minéral ce Pinot Gris a été élevé 2 ans sans ouillage dans un fût d'acacia.


Sylvaner Zellberg 2001 Julien Meyer Nothalten


Du fruit et des arômes de torréfaction, beaucoup d'élégance et le côté oxydatif qui s'atténue à l'aération. Le vin est sec, construit sur la pureté et la précision minérale, plein, long et toujours présent. Elevage des 3 ans en barrique sans ouillage les 2 dernières années. Pas de chaleur alcooleuse malgré le potentiel initial de 16°. Ce vin appelle un plat.


Côte du Jura 2004 J Macle Château Chalon


Une belle robe dorée et une olfaction toute jurassienne. La bouche est claquante, élégante et légère, elle se termine par une salinité qui fait saliver. Sur cette bouteille là, le vin reste cependant monolithique et il manque la complexité et la touche aérienne que l'on retrouve habituellement chez ce vigneron référence incontournable des vins du Jura.

gahier-copie-1.JPGVin Jaune Arbois 1996 M Gahier Montigny Les Arsures
 
Le nez est fin, précis, sans arômes exacerbés, avec une complexité ravissante. La bouche est puissante, longue et persistante avec toujours cette finesse remarquable et la minéralité qui tend le vin. Très grande classe, un vin aérien, un vigneron à rencontrer d'urgence.


Rivesaltes Ambré 1990 Domaine Rancy Latour de France

Très beau nez complexe de Rancio avec des notes de noix et de tabac. La bouche possède un profil aromatique d'une finesse surprenante avec un côté Cognac mais aussi une structure tannique qui allège le vin. La finale reste fraîche grâce à une belle acidité qui équilibre parfaitement les sucres résiduels. Tout est à sa place  dans ce vin de méditation.


La Palme de la soirée revient à égalité à Michel Gahier pour son Jaune et à Jean-Hubert Verdaguer pour son Rivesaltes Ambré. Les alsaciens n'ont pas démérité, et l'on peut se réjouir quand des vignerons font preuve d'ouverture d'esprit pour vinifier hors des standards habituels des vins qui méritent d'être découverts.
Repost 0
Published by Philippe - dans Dégustations
commenter cet article
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 15:31
Eichhoffen, le 22 février 2007

Nat.jpg


Leurs auteurs ont pour points communs une approche souvent biodynamique de la viticulture, une propension à intervenir le moins possible pendant la vinification et un usage parcimonieux du soufre quand il est présent.

Tour d'horizon en quelques vins de la tendance "Nature".

Vins Blancs

 

Clos De la Grande Châtelaine Côte de Beaune 2001 Jean-Claude RATEAU

Le premier nez est oxydatif avec une note de malo, puis il s'ouvre sur d'agréables effluves de fruits compotés et de vanille. La bouche est ample, longue, minérale avec une très belle salinité. Vin qui demande de l'oxygène et du temps pour s'exprimer. Le vin est parfaitement relâché et sa fluidité procure une belle émotion.

Riesling GC Pfersigberg Sans soufre 2001 Gérard SCHUELLER

Au nez la précision aromatique est stupéfiante, menthol, réglisse avec une jeunesse incroyable. On croirait le vin tiré du fût. La bouche est grasse puissante avec de la tenue et beaucoup de fond.

Très grand vin non filtré, élevé et mis en bouteille sans apport de soufre. La puissance est phénoménale, la matière riche et mure sans sensation alcooleuse. Très légère sucrosité en attaque, mais le vin se goûte sec.

Coulée de Serrant 2002 Nicolas JOLY

Bouteille ouverte 12 heures avant dégustation, épaule dégagée.

Le nez est lacté. Belle structure en bouche, avec de la puissance tannique. L'acidité équilibre bien ce vin assez conventionnel finalement, en raison de son caractère démonstratif. La finale est un peu chaude.

Repris en fin de dégustation, le vin gagne en intérêt en perdant son côté lacté et alcooleux. Il y a alors un vrai fonctionnement en bouche.

L'Alternative Zellberg 1998 Julien MEYER

Nez oxydatif, miellé avec des notes de fruit. La bouche est éclatante, précise et fraîche. Aucune sensation alcooleuse malgré les 15,5° et un profil aromatique qui allie minéral et fruit. Non sulfité, non filtré, cet assemblage de Sylvaner et de Pinot Gris a été élevé 3 ans en barrique, ouillé la première année, sous voile les 2 suivantes. L'oxydation qui a affiné les alcools rend ce vin très digeste.

Collection Paradis 2RV Philippe VIRET

Le nez est fermentaire avec des notes de cèdre et de levures boulangères. La bouche est grasse, marquée par un fruit très mûr et des arômes d'abricot. Un léger gaz dans cette belle expression de Roussanne pure, sans lourdeur pour un vin issu de raisins en surmaturité.

Plus d'infos sur la Cosmoculture : http://www.domaine-viret.com/presse/cosmoculture.pdf

Vins Rouges

"J'En Veux" Vin de Table Jean-François GANEVAT

On en boirait sans fin. C'est un vin au caractère bien affirmé et à l'acidité mûre et claquante. Pas de recherche démonstrative, l'équilibre est évident, le vin vivant, tonique, tout en relief avec du croquant et de la mâche. Il possède une minéralité et une salinité surprenante pour un rouge. Issu d'un assemblage de nombreux cépages rouges jurassiens.

Cuvée Carina Coste Longue Vin de Table Pierrette et Claude NAVARE

Surprenant et profond nez d'église, encens et bancs cirés. La bouche est bien construite autour de tannins fins et serrés. Quelques notes végétales agréables, le vin trace bien, sans lourdeur avec une belle vivacité. Très beau fonctionnement pour un pur Carignan issu d'un terroir schisteux.

Cuvée Mimosa Coste Longue Vin de Table Pierrette et Claude NAVARE

Réduction qui évolue à l'aération sur un registre toujours animal, mais accompagné par des notes d'herbes aromatiques, thym, romarin et aussi du camphre. L'attaque est franche, mais la finale dérange par son astreingeance et laisse une impression asséchante et un goût de bonbon anglais.

 Anjou Rouge 2002 Domaine des Griottes Patrick DESPLAT

Le nez est délicat, précis, bien marqué par des arômes d'olives noires, de tapenade. La bouche est d'une finesse remarquable avec de la tension et beaucoup de fraîcheur en raison du gaz carbonique encore présent. Le vin est absolument sans défaut, avec une acidité ciselée, il se goûte moins dur que l'année passée, preuve qu'il peut être encore attendu. Sans être monolithique, son expression est simple, s'il fallait lui reprocher quelque chose, c'est peut être un certain manque de gourmandise.

Brouilly Cuvée des Fous 2004 Jean-Claude LAPALLU

Le nez est délicatement épicé, net, la bouche large et puissante, sans aucune déviation. Le vin est long, relâché, bien soutenu par une structure acide gourmande. Difficile d'imaginer sa région d'origine tant il est riche et puissant. Vinifié et mis en bouteille sans ajout de soufre, on réalise l'extrême qualité de la récolte pour obtenir un tel résultat.

Régnié 2005 Christian DUCROUX

Très légère réduction qui disparaît à l'aération. La bouche est d'une fraîcheur et d'une gourmandise qui ravit. Les tannins fins et serrés apportent un relief généreux, pas de dureté, le vin est parfaitement ouvert sur le fruit et fluide. Encore une fois Christian Ducroux nous enchante. Ce vigneron discret fait un travail remarquable et mérite de figurer parmi le Top 10 du Beaujolais.

Les Petites Orgues  2004 Domaine de L'Arbre Blanc Côtes d'Auvergne Fred GOUNAN

Je l'ai tout de suite reconnu, le nez précis, la bouche d'une perfection et d'une minéralité incomparable avec ce petit côté austère et mystique apporté par les notes d'encens. Ce n'est pas un vin gourmand ni facile mais il est d'une grande beauté. C'est l'anti-Parker par excellence, tout est dans l'esprit. Belle astreingeance qui fait saliver. Assemblage de Gamay d'Auvergne et de Pinot Noir, une merveille élaborée par un vigneron ébéniste.

Fable Le raisin et l'ange Mas de la Bégude Gilles AZONI

Le nez est marqué par de la volatile mais aussi beaucoup de fruit. La bouche est propre, claquante avec une belle définition, mais il manque quelque chose. Ce vin qui vient de faire un long voyage entre l'Ardèche, Le Havre et Strasbourg mérite d'être revu après un peu de repos en cave. J'ai encore à l'esprit le souvenir d'une remarquable cuvée issue d'un assemblage Cabernet Sauvignon Merlot réalisée par ce vigneron. La rusticité ainsi que la digestibilité du vin étaient remarquables.


Superbe dégustation qui apporte la preuve, si cela était nécessaire, qu'il est possible pour les vignerons de s'affranchir des standards de l'œnologie moderne et de produire des vins à la fois naturels, digestes et élégants.

 Loin des expressions caricaturales extrêmes qui leurs sont souvent reprochées, nous avons découvert au cours de cette soirée des vins vivants qui procurent des émotions et apportent du plaisir.

 Sans affirmer que l'ensemble de la production de ce type de vins est sans reproche, je constate simplement que lorsque qu'ils sont réussis, ils possèdent un relief, une dimension et une buvabilité sans égal.

Repost 0
Published by Philippe - dans Dégustations
commenter cet article
27 mars 2007 2 27 /03 /mars /2007 13:08

Mittelbergheim, 15 mars 2007

Sylvaner d'exception


Longtemps considéré comme un cépage produisant des petits vins secs sans intérêt, le Sylvaner a vu son encépagement réduit de moitié au cours des 30 dernières années. Actuellement il ne représente plus que 13% des surfaces plantées en Alsace. Il a été remplacé par d'autres cépages dits nobles ou qui ont l'avantage d'entrer dans l'AOC Crémant d'Alsace qui connaît un grand succès actuellement.

Sa piètre réputation est justifiée principalement en raison de vins issus de rendements pléthoriques plantés sur des sols peu adaptés à la vigne qui ont été trop souvent produits par des vignerons peu exigeants.

Cependant, pour peu qu'il soit planté sur un terroir digne de ce nom et qu'on lui porte quelque attention ce cépage sait montrer un solide caractère. Le classement en Grand Cru du Sylvaner Zotzenberg a remis l'année dernière le focus sur cépage que fort heureusement tous les vignerons n'ont pas négligé.

J'avais envie depuis longtemps de rassembler pour une soirée les acteurs qui ont le plus oeuvré pour la défense du Sylvaner, c'est chose faite depuis le 15 mars dernier. Et s'il n'a pas été facile de trouver une date qui convienne à tous, je dois dire que c'est avec un grand plaisir que s'est retrouvée à la Winstub GILG de Mittelbergheim, une belle brochette de vignerons.

2007-0318sylvaneretiquettes0144.JPGJulien SCHMITT


Du Nord au Sud étaient présents : Etienne Loew, Julien Schmitt, Albert Seltz, Jean-Pierre Rietsch, Lucas Rieffel, André Ostertag, Patrick Meyer, Hubert Hausherr, Jean-Pierre Frick, Seppi Landmann représenté par son chef de cave. Et si Pierre Gassmann et la famille Muré n'ont pu se joindre à nous, ils n'ont pas oublié de nous faire parvenir quelques bouteilles.

Quelques 26 Sylvaner ont été dégustés, 14 secs (S) et 12 moelleux (M), une superbe confrontation de styles. 

Domaine LOEW - Westhoffen
: Vérité de Sylvaner 2000 S, Vérité de Sylvaner Barrique 1999  


Etienne Loew sait valoriser ses Sylvaner plantés sur les coteaux de Westhoffen par des élevages en cuve mais aussi en barrique.  Fruit et expression épicée pour le 2000, surmaturité, fumé et mandarine pour le 1999.

Domaine SCHMITT – Bergbieten : Sylvaner Grand A 2005 S et 2002 S, Sylvaner 1993 S

Issu du Grand Cru Altenberg de Bergbieten, le "Grand A" demande quelques années de garde pour exprimer sa minéralité. Nez ciré et acidité gourmande, l'archétype du vin de gastronomie.

Domaine Albert SELTZ – Mittelbergheim : Sylvaner Sono Contento 2004 S, Sylvaner Colline Aux Poiriers 1998 M, Sylvaner Mon Ecole Buissonnière 2000 M

Albert Seltz dont j'ai parlé longuement dans un récent post, est de tous les vignerons celui qui s'est le plus consacré à ce cépage. Secs et moelleux sont construits sur une puissance maîtrisée et présentent des profils aromatiques qui ne manquent pas d'originalité. Incontournable.

2007-0318sylvaneretiquettes0145.JPGAlbert SELTZ

Domaine RIEFFEL – Mittelbergheim : Sylvaner GC Zozenberg 2005 S

Premier Sylvaner Grand Cru Zotzenberg de la soirée. Le vin est encore fermé, son nez marqué par des arômes fermentaires. La bouche est grasse, saline avec une belle acidité.


Domaine RIETSCH – Mittelbergheim
: Sylvaner GC Zotzenberg "Mystère Sylvaner" 2005 S, Sylvaner Zotz 1999 S, Sylvaner GC Zotzenberg "Sacré Sylvaner" 2005 M

Des Sylvaners secs, fins, élégants, mais avec l'allonge, la puissance et la salinité caractéristique des terroirs marnocalcaires. Récolté avec un potentiel de SGN, "Sacré Sylvaner" impose par la complexité de son olfaction et la minéralité qu'il commence à exprimer. Un futur grand vin pour ceux qui ont la chance d'en avoir reçu quelques bouteilles.


Domaine OSTERTAG - Epfig
: Sylvaner Vieille Vigne 2005 S, Sylvaner 1990 "Le mystère du mouton masqué" M

Belle expression classique du"Vieille Vigne" avec le croquant et la précision. Unique expérience de Sylvaner en surmaturité dans un millésime d'anthologie, "Le Mystère du Mouton Masqué" impressionne par son équilibre, sa fraîcheur mentholée et son potentiel de garde.

Domaine Julien MEYER – Nothalten
: Sylvaner Zellberg 2005 S, Sylvaner Vin de voile 2001 S


Je pense, et ne suis pas le seul, que le Zellberg est un des terroirs qui convient le mieux au Sylvaner. Rien de variétal, large palette aromatique encore primaire accompagnée des notes grillées, fumées et une splendide salinité. Elaboré comme un Jaune du Jura, le "Vin de Voile" prouve qu'un élevage oxydatif bien maîtrisé révèle d'autres facettes de ce cépage, tout en le respectant.

 Sylvaner-Rieffel-Ostertag-Frick.jpg

Lucas RIEFFEL - André OSTERTAG - Jean-Pierre FRICK

Domaine ROLLI-GASSMANN – Rorschwihr : Sylvaner Weingarten 2005 M, 2003 M, 1990 M

Comme tous les vins de cette vénérable maison, les Sylvaner sont construits sur un très bel équilibre où l'acidité d'une grande précision équilibre parfaitement la légère sucrosité et rend le vin parfaitement digeste

Domaine Hubert et Heidi HAUSHERR – Eguisheim
: Sylvaner Talacker 2003 S et 2000 S 

Qualité de la matière et travail d'orfèvre du vigneron pour ce Sylvaner précis, vif et salin.  Hubert Hausherr est ma "découverte 2006", je le recommande tout particulièrement.

Domaine Pierre FRICK - Pfaffenheim
: Sylvaner Cuvée Précieuse 2002 S, Bergweingarten 2001 M

Les élevages longs sur lies apportent aux Sylvaner de Jean-Pierre Frick une dimension incomparable. Fruits exotiques et minéralité pour la Cuvée Préciseuse, botrytis, harmonie et suavité pour le Bergweingarten.

Clos St Landelin - Rouffach
: Sylvaner Cuvée Oscar 2005 M  

Issue de l'extrême Sud du Grand Cru Vorbourg, cette cuvée est une référence incontournable des Sylvaner alsaciens en surmaturité.  Nez expressif de fruits jaunes, bouche longue et minérale. La grande classe.  

Seppi LANDMANN – Soultzmatt
: Sylvaner Z 2005 Domaine M, Sylvaner Inédit 2005 M

Seppi Landmann est réputé pour ses cuvées issues du Grand Cru Zinnkoeple. Vendanges tardives, SGN et même quelques vins de glace, quand la nature le permet, sont là pour témoigner de l'excellence de son travail dans le domaine de la surmaturité tout particulièrement. Habituellement vinifiée sec la cuvée Z 2005 possède un léger moelleux. "L'Inédit" du même millésime avec plus de 100 grammes de sucre résiduel demande quelques années de garde pour pouvoir s'exprimer.

2007-0318sylvaneretiquettes0140.JPGPatrick MEYER

 

Repost 0
Published by Philippe - dans Dégustations
commenter cet article