Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 18:21
Strasbourg, le 30 novembre 2007

Vendrediduvin.png
Klevener de Heiligenstein :

L'exception alsacienne

 


Cépage autochtone ? Pas exactement, car originaire du Nord de l'Italie. Mais en Alsace on l'a adopté, intégré et même rebaptisé pour en faire une des exceptions qui fait le particularisme et le charme de notre région.


C'est au 18ème siècle que le Klevener fut introduit à Heiligenstein, à l'occasion de l'agrandissement de son aire viticole. Ehrhard WANTZ alors Bourgmestre du village obtint en 1742 du Conseil des Echevins de Strasbourg, l'autorisation de planter un nouveau cépage le Savagnin Rose. D'origine italienne et issu de la famille des Traminer, il est appelé localement Klevener mais aussi Rotedel ou Edelrose.


Klevener-de-Heiligenstein-copie-1.jpg

Cette décision fut à l'origine de l'enrichissement de la commune de Heiligenstein mais aussi de celui de la Ville de Strasbourg, à laquelle les vignerons payaient la dîme en Klevener, qui à l'époque valait le double des autres cépages.


Classé en Appellation d’Origine dès 1945, confirmé par décret en 1971 et 1997, son aire de production est délimitée à l'intérieur de l'AOC Alsace. Elle occupe environ cent hectares répartis sur les 5 communes voisines d'Heiligenstein, dont seuls 34 hectares sont plantés de ce cépage.


Du fait de cette délimitation interne à l'AOC, le Klevener de Heiligenstein fait figure d'exception par rapport aux autres cépages qui peuvent être plantés sur l'ensemble de l'AOC.


Souvent confondu avec le Klevner, qui est du Pinot Blanc, le Klevener de Heiligenstein est un cépage aromatique qui produit des vins qui s'appuient sur une trame florale accompagnée des notes de fruits secs. Moins exubérant que le Gewurztraminer, il trouve assez facilement sa place à table de l'apéritif au dessert car il accompagne parfaitement bien un foie gras, des mets exotiques ou une tarte aux fruits. Son équilibre est généralement plus ou moins moelleux, mais on peut en trouver aussi des secs.


Klevener.jpg

Vincent STOEFFLER fait partie de ces vignerons qui chaque année produisent une belle cuvée de Klevener de Heiligenstein. Le Millésime 2006 nous offre un vin bien équilibré sur un très léger moelleux. Les 15 grammes de sucres résiduels sont parfaitement compensés par une minéralité dont la présence allège la sucrosité du  vin. Le profil aromatique est construit sur des senteurs de pêche, de bourgeon de cassis et d'épices douces. La bouche, fluide et détendue possède une belle persistance.


Vincent STOEFFLER
Propriétaire-Vigneron
1, Rue des Lièvres
67140 BARR
Tél. 03 88 08 52 50

 
 
Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 09:50
Strasbourg, le 23  novembre 2007


Millésime 2007 : Jean-Pierre  FRICK


Domaine-P-Frick.jpg

Alors que les fermentations sont en cours, j'ai demandé à quelques  vignerons de nous faire part de leurs impressions sur ce nouveau millésime 2007.


Jean-Pierre FRICK est un des premiers à m'avoir répondu, je vous livre son commentaire, d'autres suivront.


Les fortes chaleurs du Printemps 2007 ont provoqué la croissance rapide des vignes. La floraison en mai laissait augurer des vendanges précoces mais le climat humide et couvert de juillet et d’août a toutefois freiné un peu l’avance.



Nous avons commencé la récolte le 3 septembre avec des Pinot Blanc et des Pinot Noir destinés au Crémant. Après quelques jours de pose, nous avons cueilli les Pinot Noir Rot Murlé, puis avons repris le 17 septembre, qui marque le début du cœur des vendanges, alors ininterrompues pendant 3 semaines, jusqu’au 5 octobre.



Le climat estival de cette période a apporté une belle maturité aux raisins. Les instituts et laboratoires régionaux ont mesuré une faible teneur d’azote dans les raisins et de ce fait pronostiqué des fermentations difficiles. Curieusement, la majorité de nos cuvées ont très bien fermenté. Nous avons même refroidi un peu l’un ou l’autre vin, pour freiner des montées en température des jus. Ainsi, en 2007, certains vins seront totalement secs, y compris les Gewurztraminer et les Pinot Gris.



Les Pinot Blanc possèdent de l'ampleur, quant aux Riesling, certains présentent dès aujourd’hui de la souplesse, d’autres auront besoin de plus de temps et devraient dévoiler une belle minéralité.



Les Pinot Gris sont très amples, puissants, et sans lourdeur. Une belle acidité leur confère de l’élégance. Les Gewurztraminer présentent une rare intensité d’arômes et de saveurs, mais il est trop tôt pour savoir si l’équilibre actuel du fruit et des épices se maintiendra ou si l’une de ces deux caractéristiques dominera l’autre.



Les Pinot Noir, que nous avons égrappés aux trois quart, affichent des couleurs lumineuses de moyenne intensité. Bien que les fermentations malolactiques ne soient pas réalisées pour le moment, l’acidité n’est pas agressive, et à terme, 2007 devrait bien exprimer l’élégance et la finesse, qui caractérisent ce cépage dans les bonnes années.



Le Sylvaner Bergweingarten, récolté en dernier, titrait un peu plus de 15% potentiels. Il restera moelleux.


Trois Vendanges Tardives en Gewurztraminer et deux Sélections de Grains Nobles, en Pinot Gris (21% potentiels) et Gewurztraminer (23% potentiels) sont soutirés depuis quelques jours.



Pour les autres cuvées, les soutirages se poursuivent progressivement ces jours-ci. Cinq cuvées 2007 seront élevées sans ajout de soufre.


Jean-Pierre Frick

24/10/07





Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 19:24
Obernai, le  15  novembre 2007


Thierry SCHWARTZ  :  Le Roman des Saveurs


Roman-des-saveurs.jpg

S'il est un restaurant qui fait l'objet d'éloges flatteurs ces derniers temps, c'est bien le Bistro des Saveurs du dynamique Thierry Schwartz à Obernai. A l'occasion de la sortie de son dernier livre "Le Roman des Saveurs"  je rends une visite impromptue à Thierry.


Dans ce très bel ouvrage écrit comme un roman avec Anne-Marie WIMMER, Thierry nous raconte son parcours de l'Ecole Hôtelière de Strasbourg aux restaurants de Joël ROBUCHON qui lui apprend la technique et la rigueur, jusqu'au Mont d'Arbois à Megève où Alexandre FAIX le pousse à s'émanciper et à exprimer son style.


Puis c'est le retour dans sa province natale et l'ouverture en octobre 2002 du Bistro des Saveurs avec un peu plus d'un an plus tard la récompense d'une première étoile attribuée par le Guide Michelin.


Mais surtout Thierry nous communique sa passion pour les produits d'excellence élevés et cultivés par des passionnés. Il nous présente ainsi Nicolas le boucher charcutier de Drusenheim, Wolfgang le fermier de La Perheux, Pierre-Henri le jardinier de la ferme de Truttenhausen, Lucas le vigneron de Mittelbergheim et bien d'autres.


Quelques recettes de sa cuisine terminent ce livre que l'on déguste avec bonheur grâce à une très belle mise en page et de superbes photographies de Jean-Claude AMIEL.


Mais avant de partir je propose à Thierry de nous faire partager son talent et de nous expliquer une recette simple à réaliser que je vous invite à découvrir dans cette modeste vidéo.

Les Tuiles Flambées*





Pour les non alsaciens (de l'intérieur comme on dit chez nous), le terme "flambées" est utilisé en référence à une de nos spécialités locales : La Tarte Flambée


Ingrédients


Un oignon emmincé

Trois tranches fines de lard

100 g de crème épaisse

100 g de farine

50 g de beurre fondu à incorporer en 2 fois

100 g de blanc d'oeuf à incorporer en 2 fois

Noix de muscade râpée

Utiliser une plaque anti adhésive pour étaler la pâte


Le Bistro des Saveurs
35, rue de Sélestat
67210 OBERNAI
03 88 49 90 41
 
Repost 0
Published by Oenophil - dans Vidéos
commenter cet article
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 22:15
Andlau , le  10 novembre 2007



Vins de Schistes :  Andlau
Domaine KREYDENWEISS


Andlau.jpgAndlau


Marc KREYDENWEISS  a communiqué à ses deux fils aînés sa passion de la viticulture et son savoir-faire de vigneron. Et même s'il reste  encore très présent, aujourd'hui c'est Antoine à la cave et Maenfred dans les vignes qui  ont pris les choses en mains et poursuivent avec détermination la voie tracée par leur père.


Unique par ses Schistes de Steiges, le Grand Cru Kastelberg possède une notoriété importante qui ne doit pas faire oublier les deux autres Grands Crus Moenchberg et Wiebelsberg, mais aussi les très beaux vins issus des Clos schisteux du Val D'Eléon et Rebberg dont dispose le Domaine.


Une promenade dans les vignes conduites en biodynamie depuis 1989 apporte la démonstration d'une viticulture exemplaire, parfaitement respectueuse des terroirs et de leurs caractères.

Je m'intéresserais aujourd'hui uniquement aux vins issus des rares terroirs schisteux que Marc a su si bien révéler.


Val-d-El--on.jpgClos du Val D'Eleon


Le Clos du Val d'Eléon répond à une vision finalement avant-gardiste de la viticulture alsacienne en se donnant pour objectif la création d'un grand vin de terroir construit sur 2 cépages qui révèlent et tracent son origine.


En 1988, Marc Kreydenweiss achète d'anciennes parcelles abandonnées depuis les années 1950, situées en pleine forêt sur le coteau qui fait face au Kastelberg. Vingt rangs de Riesling et vingt autres de Pinot Gris sont plantés sur des Schistes de Villé à une densité de 5000 pieds à l'hectare. Deux ans plus tard naît la première cuvée du Clos du Val d'Eléon.


Depuis, chaque année, les Pinot Gris sont vendangés, pressés et vinifiés dans un foudre où ils sont rejoints une dizaine de jours plus tard par les Rieslings à la maturité plus tardive. Le jus a pour habitude de fermenter rapidement en consommant tous ses sucres. La fermentation malolactique qui suit s'accompagne généralement d'arômes lactiques marqués qui disparaissent pendant l'élevage sur lies.


S'ils restent austères et fermés dans leur jeunesse les Vins du Clos du Val d'Eléon possèdent pour point commun un gros potentiel de garde. Le millésime 2004 (11,50 €) qui vient d'être mis en vente n'échappe pas à la règle. Fraîcheur, austérité et précision mais Antoine fait remarquer que les cépages ne sont pas encore harmonisés et que le vin est encore très loin de son apogée. La bouche possède une densité tannique et des extraits secs remarquables.


Si le millésime 2001 a été particulièrement réussi, 2006 s'annonce grandiose. Goûté sur fût en début d'année, il possédait alors une tension exemplaire et un profil aromatique élégant marqué par l'orange sanguine.  

 

Rebberg.jpgClos Rebberg


Nouveau défi en 1995 quand Marc Kreydenweiss replante le Clos Rebberg situé en amont du Val d'Eléon. Cette parcelle de 85 ares dont le sol est constitué de Schistes de Villé présente d'énormes difficultés pour être aménagée. Sa pente à 80% par endroit, complique singulièrement l'implantation d'un encépagement en Riesling et Pinot Gris. Des terrasses sont construites dans ce lieu magique qui semble habité par les esprits de la forêt environnante. Il y règne une atmosphère étrange lorsque le matin les premiers rayons de soleil en éclairent le sommet.


Contrairement au Val d'Eléon, les deux cépages sont vinifiés individuellement, de plus l'endroit est idéal par son exposition pour réaliser des vendanges en surmaturité. Pour exemple, la sélection de grains nobles de Riesling rentrée hier avec un potentiel alcoolique de 30°, ce qui représente certainement un record en Alsace.


On retrouve dans les Riesling des millésimes 2003 (16 €) et 2005 ce même côté caillouteux et cette acidité droite et gourmande. Ces vins sont construits plus sur la longueur que sur la largeur comme souvent les vins de schistes. L'olfaction est réservée, on est loin des vins extravertis et tapageurs, tout se passe en bouche dans la tension et la minéralité.


Le Pinot Gris Rebberg 2005 présente encore quelques notes variétales de fumé qui ne vont pas tarder à disparaître. Parfaitement sec il possède une puissance minérale et une fraîcheur engageante.


Le millésime 2002 est quand à lui bien abouti, le minéral domine avec cette finale caractéristique sur le caillou. Atypique 2004 avec ses arômes plus fermentaires, sa bouche miellée et détendue traversée par une acidité pure et tranchante. Plus oxydatif qu'à l'habitude, ce vin a tout pour me plaire.



Kastelberg.jpgKastelberg : parcelle du bas


Unique par son profil géologique constitué de Schistes de Steige, le Grand Cru Kastelberg offre aux vignerons l'alternative entre désherber ou travailler le sol. Il va sans dire que c'est la seconde solution qui est adoptée au Domaine. Un travail exigeant réalisé au treuil. Avec une densité de 8000 pieds à l'hectare et la forte déclivité, c'est une personne à temps complet qui est en charge des 2 parcelles de ce terroir. Pour la petite histoire, ce dernier est originaire de Steige ce qui lui apporte certainement une grande proximité avec son lieu de travail.


Pendant les fermentations le Kastelberg, on ne parle que de Riesling car c'est le seul cépage qui est planté sur les 5,82 hectares du Grand Cru, révèle des effluves de choux et de sueur. C'est son côté masculin, viril.


Les 2 derniers millésimes possèdent des équilibres différents. 2005 ( 33 €) comblera les amateurs de vins secs par sa verticalité impressionnante. Le nez est camphré, signe de jeunesse, la bouche est puissante déjà minérale et le vin revient sans cesse en s'élargissant. 2006 avec son potentiel de vendanges tardives aura besoin de plus de temps. Mais la marque du terroir est bien présente et le fonctionnement en bouche identique au vin précédent.


Domaine KREYDENWEISS

12 rue Deharbe
67140 ANDLAU
03 88 08 95 83
www.kreydenweiss.com





Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
3 novembre 2007 6 03 /11 /novembre /2007 17:27
Reichsfeld  le  31 octobre  2007


Vins de Schistes  :  Reichsfeld
Bernard BOHN


Reichsfeld.jpg

 



Niché à l'écart de la Route des Vins entre Andlau et Nothalten dans le cadre majestueux du vallon de la Schernetz, le village de Reichsfeld est dominé par les 900 mètres de l'imposant Ungersberg.


Les ressources de cette commune proviennent de l'exploitation du bois mais aussi de la vigne implantée dès le 12ème siècle par les moines cisterciens de la proche abbaye de Baumgarten.


Le vallon possède une géologie complexe avec un versant à dominante gréseuse, le Sohlenberg, alors que son vis-à-vis le Schieferberg est constitué de Schistes de Villé.


Bénéficiant d'une parfaite exposition Sud, le Schieferberg et ses schistes anciens qui datent du Précambrien, s'étend de Reichsfeld au proche village de Bernardvillé. Le sol possède un PH bas et un fort niveau de décomposition qui permet aux racines de pénétrer la roche au plus profond. Ce socle qui emmagasine la chaleur du jour convient parfaitement au Riesling ainsi qu'aux Pinot Gris et Noir.

 

Schistes.jpg

Les lieux dits Hagel, Oberhagel, Ebenheit, Berg, Litt et Schiebling constituent le Schieferberg, dont le nom ne figure malheureusement pas au cadastre, ce qui complique singulièrement la constitution du dossier pour la reconnaissance de ce terroir.


Cinq vignerons metteurs en bouteilles de Reichsfeld et quelques autres extérieurs à la commune exploitent ce vignoble et de nouvelles parcelles du Litt Reben ont été replantées récemment. Avec une altitude aux environs de 400 mètres à leur sommet, elles font partie des plus hautes d'Alsace.


Schiefferberg.JPG


Les Riesling issus du Schieferberg possèdent la distinction des vins de schistes construits tout en finesse avec un fruité minéral et une acidité précise d'une grande pureté. Pour preuve, le Riesling Schieferberg 2004 du Domaine Gisselbrecht à Dambach la Ville a reçu en 2006 le Trophée d'Excellence du Concours des Riesling du Monde.


B-Bohn.jpg

Bernard BOHN possède un peu plus de 7 hectares de vignes répartis sur les coteaux du Schieferberg, du Sohlenberg ainsi que sur le Grand Cru Muenchberg. Ses vins issus du Schieferberg sont parfaitement représentatifs de la forte personnalité de ce terroir. Tous sont vinifiés secs.


Le Riesling Schieferberg 2002 (4,70 €), en vente actuellement, est à lui seul exemplaire de ce que l'on est en mesure d'attendre d'un vin qui aborde tout juste sa période de maturité. L'olfaction est précise et retenue avec de belles notes florales et citronnées. La bouche est droite, minérale avec de la tenue et une superbe salinité.


Il va sans dire qu'à ce tarif, et compte tenu de son potentiel d'évolution, ce vin représente une affaire à ne pas manquer. Déjà goûté au milieu de Grands Crus, il avait impressionné par sa tenue et la force de son caractère qui lui permettait de tenir tête à bien d'autres vins.


Elevé en barrique d'acacia, le Riesling Schieferberg 2005 (6,80 €) me semble, quant à lui, encore trop marqué par son élevage. Bernard BOHN lui prédit un bel avenir mais pas avant 2 ans, quand la finesse de l'acacia s'harmonisera avec la minéralité du vin.


La parcelle Oberhagel, issue du même terroir schisteux, est réservée à l'élaboration de cuvées qui possèdent de plus riches maturités tout en conservant un équilibre sec. Le Riesling Oberhagel 1996 (7, 00 €) a gardé la fraîcheur et la droiture de ce millésime si facilement identifiable. Des arômes de pamplemousse et de coing et une acidité bien tranchante.


Avec le millésime 1997 de la même cuvée, on trouve le fumé, les notes de pierre à fusil et une bouche large et grasse toujours empreinte de minéralité.


Le Rouge d'Alsace 2003 (7,00 €) est un assemblage de raisins issus pour deux tiers du Schieferberg et d'un tiers du Sohlenberg. Le vin possède élégance et droiture avec de beaux arômes de cuir et de framboise. Sans lourdeur malgré le millésime, élevage pour moitié en barrique.


Pour être vinifiés secs, les Pinot Gris du Schieferberg sont récoltés tôt. Le 2003 révèle un profil surprenant et atypique avec une olfaction et une bouche marquées par l'anis. L'attaque est franche, le vin s'élargit et persiste intensément en apportant une agréable sensation de fraîcheur.


Pour terminer cette agréable dégustation, Bernard me fait découvrir Les Larmes de Vénus 1998, un vin de paille suave et miellé idéal pour terminer un repas.


Bernard BOHN
1 et 6, Chemin du Leh
67140 REICHSFELD
03 88 85 58 78
bohn.bernard@wanadoo.fr




Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
26 octobre 2007 5 26 /10 /octobre /2007 10:54
Mittelbergheim, le  26 octobre


Vins de Table et de Pays


Dégustation de rentrée après les vendanges, qui ne sont pas terminées pour tout le monde, sur le thème des Vins de Table et de Pays. Comme à l'habitude, chacun amène ce qu'il veut sans concertation préalable, ce qui réserve toujours de belles surprises.

Ocre-rouge.jpg

Viognier Les Contours de Deponcin 2006 François VILLARD Vin de Pays des Côtes rhodaniennes

Olfaction fumée avec des notes de fruits à chair blanche. En bouche le vin est gras mais très court. L'élevage marqué revient sur la finale alcooleuse. Très en dessous de ce que l'on est en mesure d'attendre de ce Domaine.

Vin de Table Blanc Lot C 04 Domaine de l'Ocre Rouge  Dions (Gard)

Un nez de vin rouge avec de surprenantes notes de bonbon et de Malabar. Le vin est tendu par une fine acidité gourmande. Un déroutant Chardonnay du Sud qui assume parfaitement un caractère bien marqué sans chercher à ressembler à ses cousins bourguignons. Un jeune Domaine à découvrir également pour son Rosé et ses vins rouges friands et sans fard.

Ode à la Joie Vin de Table Blanc O et R GESSLER Panjas (Gers)

L'olfaction complexe et élégante rappelle celle d'un Champagne avec ses notes de pralin. La bouche est dense, légèrement monolithique avec une acidité un peu verte. Le vin reste cependant harmonieux avec une finale agréable qui fait saliver. Assemblage de Petit et Gros Manseng, d'Ugni et de Colombard. Elevage en barrique.


Vernay.jpg

Les Arthuis Vin de Table Domaine du Mortier Saint Nicolas de Bourgueuil (Indre et Loire)

La robe est dense, d'un noir profond et brillant. D'abord animal, le nez évolue sur des notes agréables de poivron. La bouche est franche, elle possède une légère astringence qui fait dire à certain qu'il manque un peu de maturité. L'ensemble me convient bien par sa fraîcheur et sa sincérité. Cuvée 100% Cabernet Sauvignon.

Vin de Pays des Côtes du Tarn 2002 Domaine du Truc

La robe tuillée révèle un vin déjà évolué. Le nez confirme l'impression première avec des notes de tabac et de cerise. L'attaque est fraîche et fruitée, mais on découvre ensuite une certaine verdeur et une acidité soutenue, à la limite de la maturité, qui creuse la bouche.

Syrah 2005 Vin de Pays des Côtes rhodaniennes Georges VERNAY

Fraîche olfaction poivrée avec des notes d'herbes de Provence. La bouche est ferme et dense tout en conservant de la fraîcheur et de l'équilibre. La finale s'accompagne d'une juste astringence et de belles notes épicées. Très agréable et gastronomique, la Syrah quand elle est élégante.


Montrieux.jpg

Le Verre des Poètes Vin de Table Domaine de Montrieux (Loir et Cher)

D'abord discret, marqué par une légère réduction avec des notes de croûtes de fromage, le nez s'ouvre à l'aération pour dévoiler un beau fruit. La bouche est relâchée, subtile et harmonieuse, finement épicée, le vin tout en tension fruitée, bien porté par une acidité parfaitement mûre. C'est très, très bon, parfaitement aérien et d'une redoutable buvabilité. Vin sans soufre issu de Pineau d'Aunis, merveilleusement vinifié par Emile HEREDIA.

Mas Daumas Gassac Rouge 1997 Vin de pays de l'Hérault

Olfaction bordelaise distinguée. Après une belle attaque sur la fraîcheur, le vin manque d'ampleur et de longueur. C'est bien fait, bien travaillé mais il n'y a pas beaucoup de magie. Bouteille supérieure toutefois à celles des millésimes plus récents goûtés dernièrement.

Pechigo Rouge Vin de Table Sylvain SAUX Malras (Aude)

Le nez est lourd avec des notes de suie,  de violette et de réglisse. Très grosse matière épicée et marquée par le clou de girofle, à la limite de la surextraction. Un vin tout en largeur, véritable bête à concours, plus destiné à la dégustation qu'à la table. Assemblage de Carignan 70%, d'Alicante et de Mauzac Blanc.

Libre Expression Vin de Table Domaine CAZES (Pyrénnées Orientales)

Olfaction muscatée accompagnée par des arômes de noix. En bouche, on découvre un profil oxydatif largement dominé par l'alcool. Cette cuvée de Maccabeu reste très difficile à boire, ne serait ce qu'un seul verre. Il vaut mieux se tourner vers les Rivesaltes Ambrés produits par le même Domaine, qui amènent plus de plaisir.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 16:34
Samedi  20 octobre  2007


Vendanges  Tardives  du Domaine SCHMITT à Bergbieten


Bruno-Schmitt.jpgBruno SCHMITT

Même avec un beau soleil, le fond de l'air est frais ce samedi matin.

Les SCHMITT Brothers vendangent  une parcelle de Riesling située sur l'Ostenberg de Westhoffen, aquisition récente sur ce terroir à dominante calcaire.

Julien-Schmitt.jpgJulien SCHMITT

Julien dirige l'équipe de vendangeurs pendant que Bruno range les bottiches et vérifie au réfractomètre la teneur en sucre des raisins. Un potentiel de vendange tardive qui sera confirmé un peu plus tard par le contrôleur de l'INAO comme le veut la procédure.


RieslingVT.jpg

Avec le beau temps annoncé jusqu'au 3 novembre, les vignerons ont laissé cette année de nombreux raisins sur pied. J'ai pu le constater encore ce matin sur le Grand Cru Steinklotz de Marlenheim où de nombreuses parcelles de Riesling et de Pinot Gris situées sur la partie haute, restent à vendanger.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article
18 octobre 2007 4 18 /10 /octobre /2007 10:39
Andlau, le 15 octobre 2007


Tokaji Aszu
 
 

Lauder-Lang-copie-1.jpg
 
Domaine LAUDER-LANG

Invité ce lundi par l'Alsace Oenophile Club de Barr pour une agréable dégustation sur le thème des Tokaji hongrois.


Christian BOULARD animateur du club nous reçoit dans son  Hôtel-Restaurant du Château d'Andlau. Christian est un oenophile dont les connaissances colossales ne s'arrêtent pas à la Champagne de ses origines et à l'Alsace sa terre d'adoption. La carte des vins de son restaurant est éloquente, plus de 1100 références particulièrement bien choisies et tarifées sagement. Un vrai paradis et une adresse incontournable pour l'amateur de vins.


La dégustation est parfaitement préparée, le choix des vins intelligent tant dans la diversité des millésimes que dans les références sélectionnées. Seuls des Tokaji Aszu seront dégustés, nous resterons donc dans le domaine des vins liquoreux.


Mais avant tout quelques rappels quand à l'origine de ces vins mal connus.


Les Tokaji Aszu sont des vins hongrois issus d'une petite région viticole qui s'étend sur 70 kilomètres au Nord Est de Budapest à proximité de la frontière ukrainienne. Ce vignoble parmi les plus septentrionaux du globe connaît des conditions continentales extrêmes avec des étés chauds et des automnes brumeux qui favorisent la présence du botrytis et le passerillage des raisins.


Si depuis le XVIème siècle le Tokaji possède une réputation de grand liquoreux, la période communiste ne fut pas propice à l'élaboration vins de qualité et il aura fallut attendre le début des années 1990 après la chute du mur de Berlin pour que des vignerons rachètent leurs Domaines et des groupes étrangers décident d'investir lors de la privatisation du vignoble qui était jusqu'alors un monopole d'état.


Le cépage principal est le Furmint dont les grains Aszu, botrytisés ou passerillés, sont récoltés manuellement et placés dans des hottes en bois de 20 kilos appelées Puttonyos. D'autre part, les raisins non Aszus sont vinifiés afin de produire un vin de base dans lequel on fera macérer les grains Aszu pendant 48 heures avant de les presser. L'élevage se déroule ensuite en barriques pendant un nombre minimum d'années qui correspond au nombre de Puttonyos plus 2.


Les Tokaji Aszu sont classés de 3 à 6 en fonction du nombre de Puttonyos mis en fermentation dans le vin de base. L'Aszu Essencia correspond à un apport de 7 à 8 Puttonyos. Les concentrations en sucre vont croissantes de 60 à plus de 180 grammes.


Oremus.jpgDomaine OREMUS

Nous avons dégusté 10 vins classés en fonction de leur concentration en sucres.


Tokaji Aszu 3 Puttonyos 1983 Domaine d'Etat : Robe orangée, nez miellé avec des notes de noix, de figue et d'abricot sec. L'attaque en bouche laisse apparaître un léger boisé. Le vin manque un peu de relief et de pureté sans être désagréable toutefois.


Tokaji Aszu 4 Puttonyos Svarvas 1991Domaine d'Etat : L'origine Svarvas correspond à un Premier Cru. La robe est ambrée et brillante. Le vin s'ouvre sur de belles notes oxydatives et des épices douces. En bouche le vin est harmonieux, ample, porté par une belle acidité. La finale un peu courte.


Tokaji Aszu 4 Puttonyos 1990 Crown Estates : Le nez semble masqué par un voile liégeux. La bouche est large mais manque de précision et l'acidité plutôt verte.


Tokaji Aszu 5 Puttonyos 2000 Lauder Lang : La robe est d'un bel ambré brillant, l'olfaction élégante, sans note oxydative, avec une palette aromatique de senteurs florales et mentholées. En bouche le vin est élancé, droit sans aucune lourdeur. Finale sur l'abricot et les fruits rouges. J'aime beaucoup.


Tokaji Aszu 5 Puttonyos 1998 Domaine Disnoko : Nez sulfitique et décharné, marqué par le boisé. Bouche sur la pêche, la matière est belle mais le vin finit sur l'alcool et une certaine de lourdeur. Style plus moderne que les vins précédents.


Tokaji Aszu 5 Puttonyos 1996 Château Sarospatak : Robe d'un bel ambre foncé, olfaction précise et riche avec des notes de coing de miel et de mandarine. L'attaque en bouche est marquée par une acidité mordante et le sucre revient en finale. Le vin reste assez serré.


Tokaji Aszu 5 Puttonyos Keres 1993 Domaine d'Etat : Robe cuivrée, olfaction qui manque de franchise et de précision. En bouche, l'alcool prend le dessus, ce vin me fait penser à un Pineau des Charentes.


Tokaji Aszu 6 Puttonyos 2000 Lauder Lang : Olfaction délicate et complexe avec des arômes de fruits à chair blanche de miel et même de jambon fumé. La bouche est large, bien structurée et l'acidité conduit bien le vin qui ne s'écrase pas malgré la sucrosité. Beaux arômes de gingembre et de clou de girofle. Décidément ce Domaine semble me plaire …


Tokaji Aszu 6 Puttonyos 1999 Domaine Orémus : La robe est particulièrement claire, le nez d'abord discret il s'ouvre à l'aération sur de belles notes de miel, de tisanes et de gentiane, montrant une agréable complexité. La bouche est élégante droite, marquée par des arômes de mandarine et traversée par une acidité précise et saline. Pas de lourdeur, un vin parfaitement réussi.


Essenzia.jpgAszu Essencia

Tokaji Aszu Essencia Szarvas 1993 Korona Birtok : Robe d'un ambré sombre, le nez est oxydatif et la bouche révèle des arômes lourds de pruneaux qui donnent un côté Banyuls à ce vin. Des notes de chocolat et une lourdeur marquée.
 

Sans vouloir tirer de conclusion définitive après avoir dégusté seulement 10 vins, je constate que les Tokaji Aszu sont finalement moins oxydatifs que je ne l'attendais. D'autre part les vins semblaient issus de raisins plus passerillés que botrytisés. Les 2 vins du Domaine Lauder-Lang et celui du Domaine Orémus ont été ce soir là très au dessus de ce que nous avons goûté et d'une excellente tenue au regard des liquoreux issus d'origines plus habituelles.

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article
15 octobre 2007 1 15 /10 /octobre /2007 08:43
Mittelbergheim, le 10  octobre  2007


Lucas RIEFFEL décuve  son Pinot Noir


Lucas-Rieffel-copie-2.jpg

Vendangé le 17 septembre ce Pinot Noir a été décuvé le 10 octobre après plus de 3 semaines de macération. La vendange  égrappée pour moitié, a été placée dans une cuve sans porte ce qui explique la méthode adoptée pour réaliser le décuvage.


Seuls des remontages et des délestages ont été réalisés pendant la cuvaison afin de préserver l'intégrité des grappes et des raisins qui sont pour la plupart intacts et encore plein de sucres.


Repost 0
Published by Oenophil - dans Vidéos
commenter cet article
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 09:31
Westhoffen, le 8 octobre 2007


BLUM, DEBRE, LOEW  ...


Quel rapport me direz vous entre Léon BLUM, Président du Front Populaire en 1936, Michel DEBRE, Père de la constitution de 1958 et  Etienne LOEW, Vigneron ?


Westhoffen, tout simplement !


En effet, tous possèdent des liens familiaux dans cette charmante commune du Bas-Rhin, capitale de la cerise d'Alsace. Et si les 2 premiers ont déjà une rue à leur nom, Etienne devra encore patienter pour avoir la sienne, même si sa renommée ne fait que de s'accroître.


EL.JPG Des grappes destinées à l'élaboration d'un vin de paille sèchent lentement dans un grenier bien aéré.


Il poursuit aujourd'hui des vendanges entamées sans précipitation. Les nuits fraîches, les matinées brumeuses et les après-midi ensoleillés permettent de belles maturations tout en conservant un état sanitaire parfait. La pourriture noble se développe en profitant de ces conditions optimales qui devraient nous offrir de belles vendanges tardives.


Gew-Osten-1997JPG-copie-2.jpg


C'est en me faisant déguster cette cuvée issue de son second millésime, qu'Etienne me fit prendre conscience de ma crasse ignorance, comme le dit si bien un copain d'Olif, de l'histoire de Westhoffen.


Après 10 ans ce Gewurztraminer originaire de l'Ostenberg présente encore une bouche suave et précise marquée par des arômes de marc et une fine acidité.


Pour en finir avec les célébrités, il semblerait que Karl MARX possède également un ancêtre qui fut Rabbin à Westhoffen entre 1663 à 1713. La riche histoire de la commune offre donc aux vignerons de multiples opportunités de rendre hommage aux gloires locales.


Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article