Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 15:49

 

Vincent-Stoeffler.jpg

 

 

La vinification sans intrant fait des émules. Depuis quelques années Vincent Stoeffler s'y intéresse, sans idéologie, tout simplement, explique t-il, parce que c'est une voie de recherche naturelle que de vouloir se passer d'intrant. Une démarche qu'il compare à celle menée lors de son passage en Bio et qui l'a conduit à abandonner tout usage de pesticide dans la vigne.

 

Les dégustations chez ses collègues vignerons qui l'on devancé dans cette pratique n'y sont certainement pas pour rien et l'on évoque souvent ces mémorables soirées passées ensemble chez Jean-Pierre Frick, Christian Binner ou Patrick Meyer qui ont généré chez les participants une réflexion sur certaines habitudes de travail.

 

Après quelques expériences conduites depuis 2006, d'abord sur des des vins rouges puis sur des vins blancs, Vincent nous propose aujourd'hui pas moins de 4 cuvées issues du millésime 2009 et vinifiées sans apport d'aucune sorte.

 

Autant dire qu'il réalise un sans faute sur toute la ligne tant les vins sont réussis. Le Pinot Blanc issu d'un terroir profond constitué d'argiles lourdes possède une acidité surprenante dans ce millésime et surtout une salinité qui lui apporte du croquant. Le Riesling a conservé tout son fruit et sa vivacité. Bien entendu ces vins sont parfaitement secs et ont réalisé leur fermentation malolactique, condition indispensable si l'on veut se passer de filtration et d'ajout de SO2.

 

Le Pinot Noir Salzhof provient d'une parcelle au sol calcaire située au dessus de Grand Cru Kirchberg. Ce terroir est indiscutablement favorable à la culture de ce cépage comme cette première récolte de jeunes vignes en atteste. La bouche est parfaitement structurée, charnue, gourmande et possède une structure tannique parfaitement fondue.

 

Le Pinot Noir Rotenberg présente un visage plus austère avec des notes de de garrigue et d'épices. C'est un vin qu'il faudrait idéalement attendre au moins 2 ans pour en profiter pleinement. Il provient d'un terroir aux roches constituées de grès et de calcaire ferrugineux dans le secteur de Ribeauvillé et possède beaucoup de fond. Cette cuvée existe en 2 versions : la "Nature" réalisée sans aucun apport et la "Classique" dont l'analyse indique seulement 18 mg de SO2 total !

 

Sans doute pour ne pas perturber sa clientèle habituelle, Vincent n'a pas inscrit ces vins à la carte et les reserve à une clientèle avertie qui aime découvrir de nouvelles esthétiques. Alors il ne faut pas hésiter à le solliciter et les derniers réfractaires au "Nature" pourront constater que sans soufre ne signifie pas obligatoirement oxydation, acidité volatile et déviations diverses.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

EricL 19/12/2010 10:40


Superbe Pinot Blanc en effet et par exemple.

Les réfractaires sont parfois simplement des clients qui n'apprécient pas d'avoir déboursé de l'argent pour un vin qui part en couille. C'est si difficile à comprendre ?

D'ailleurs, tu le dis toi-même, il y a des conditions pour que le vin ne dévie pas, ça n'est pas moi qui le relève.

Quand il y a maitrise, pas de souci, on est pas contre, même si je n'ai toujours pas pigé pourquoi un petit peu de SO2 serait nocif relativement à tout ce qu'on respire et mange toute l'année dans
nos vies quotidiennes... une fois de plus n'est-il pas plus important de promouvoir une approche globale d'une conduite de vigne plus respectueuse de l'environnement plutôt que de cristalliser le
débat et de renforcer les oppositions sur le seul SO2 à la mise ?

De là, quand le "nature" devient une religion, on entre alors dans un milieu réducteur, et là on génère les réactions réfractaires ... chimie des relations humaines :)