Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 21:40

 

Marcel-Blanck-1.jpg

Marcel BLANCK dans l'Altenberg de Wolxheim

 

 

"C'est pas cette année qu'on va acheter la Porsche" me disait avec humour un copain vigneron. Ce qui certain, c'est que 2010 sera synomyme de rendements très faibles en raison d'une floraison chahutée par du froid et de la pluie.

 

Depuis lundi le temps est au beau avec des nuits fraîches et des journées ensoleillées. L'acide malique baisse et selon les terroirs, les raisins sont maintenant à parfaite maturité. J'ai le sentiment que le plus gros des vendanges sera fait cette semaine.

 

Pour l'instant, si j'en juge par les jus goûtés dans la Couronne d'Or et dans le secteur d'Andlau, les résultats sont satisfaisants avec des profils très purs et des fermentations qui démarrent sans difficulté.

 

Mais avant de se prononcer il faut attendre que les Riesling soient rentrés et il n'y a à ce jour aucune raison de s'en faire pour ce cépage qui a bien résisté aux conditions plutot difficiles de ce millésime malgré tout délicat.

 

Ce week-end, à l'invitation de Bruno Schloegel du Domaine Lissner à Wolxheim, Marcel Blanck est venu assister à la réunion de la gestion locale du Grand Cru au cours de laquelle les conditions de récolte ont été définies par les vignerons du secteur.

 

Grand dirigeant de la viticulture alsacienne dès le début des années 60,  Marcel Blanck, est non seulement un visionnaire à qui l'on doit les Grands Crus et l'Alsace viticole moderne, mais aussi un personnage attachant, à l'intelligence vive qui représente parfaitement l'Alsace comme je l'aime.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires