Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 11:55

 

Pinot-Noir-1.jpg

 

 

Raisins égrappés ou vendange entière, cuvaison d’une à trois ou quatre semaines, pigeages, remontages ou délestages, élevage en cuve inox, en foudre, en barriques neuves ou anciennes, filtration ou pas avant la mise, usage ou pas de sulfites ???

 

Plus encore que pour les vins blancs, la vinification des vins rouges offre nombre d’options. C’est pour partager leurs approches et leurs ressentis qu’une vingtaine de vignerons alsaciens se sont retrouvés au cœur de l’été pour goûter ensemble une sélection de Pinot Noir d’Alsace.

 

La dégustation s’est déroulée en deux sessions qui ont réunis à 15 jours d’intervalle, les vignerons qui présentaient leurs vins avec quelques uns de leurs collègues, des professionnels du monde du vin et des amateurs .

 

A quatre exceptions près, ce sont les mêmes vins qui ont été servis aux deux sessions en partant des vins les plus jeunes pour aller aux plus anciens. Tous ont été carafés puis remis dans leur bouteille d’origine, les dégustations se sont déroulées à l’aveugle.

 

Fait notable qui mérite d’être signalé, sur les quelques 40 bouteilles ouvertes, une seule a présenté une très légère déviation liégeuse pas évidente à diagnostiquer mais qui a vite été détectée par notre “spécialiste maison“.

 

Encore en cours d'élevage

 

Romain Fritsch est venu de Marlenheim avec son Pinot Noir 2009 issu du Grand Cru Steinklotz. Le vin offre ce jour là un visage austère avec des arômes empyreumatiques et des notes de clou de girofle. Cependant la qualité de la structure tannique est bien présente et ne demande qu'à s'arrondir par l'action d'une oxydation ménagée. On est surpris d'apprendre que le vin est issu d'une macération de 8 jours de raisins égrappés et pigés de Pinot Noir auxquels ont été ajoutés 5% de raisins de Gewurztraminer comme le veut un ancien usage local que Romain souhaite voir perdurer. Le cépage aromatique ne marque pas le corps du vin, seul le profil très légèrement épicé de la finale peut, mais sans certitude, lui être attribué.

 

Jean-Marie Bechtold Pinot Noir Obere Hund 2009 : L'Obere Hund est un terroir calcaire en forte pente exposé à l'Ouest entre Dahlenheim et Soultz Les Bains. Jean-Marie à introduit pour la première fois 25% de vendange entière dans sa cuvaison de 3 semaines. Le résultat est concluant avec un vin au nez expressif qui s'exprime par des arômes puissants de cerise et de griotte. La bouche est ferme, bien structurée par des tannins fins qu'un élevage pour partie en barriques et en demi muids a parfaitement patiné. "Un projet ambitieux par rapport à la production alsacienne" souligne Jean-Michel Deiss.

 

Gourmandises...

 

Pinot Noir 2009 Domaine Schmitt à Bergbieten : Certainement le plus joli Pinot Noir réussi par les frères Schmitt. Le vin est gouleyant avec une pointe de gaz et un très joli fruit qui apporte un caractère généreux et gourmand.

 

Pinot Noir Herrenweg 2009 Jossmeyer : On sent bien là, la patte d'un vinificateur de vins blancs. Robe brillante d'un rubis peu soutenu, nez précis de Pinot, bouche en dentelle aux tannins d'une extrême finesse. De jolies notes de Guignolet apportent à l'ensemble beaucoup d'élégance. Le travail sur l'acidité est intéressant, il n'y a dans ce vin aucune recherche démonstrative, tout est cohérent et très agréable à boire.

 

Pinot Noir Albert Maurer 2008 : Un nez charmeur, épicé, réglissé, une bouche détendue et soyeuse qui montre une belle amplitude. Vendu aux environs de 6 €, ce vin originaire de sols lourds argilo-marneux du secteur d'Eichhoffen est d'un rapport qualité prix exceptionnel. De plus on peut faire confiance à  Pierre Gassmann quand il fait remarquer "son potentiel de garde à ne pas sous estimer". Un vin qui en de nombreuses occasions à l'aveugle, a su prouver qu'il n'avait aucun mal à supporter la comparaison avec des expressions plus ambitieuses.

 

Nature

 

Pinot Noir Les Pierres Chaudes 2009 Domaine Julien Meyer : Joli nez de fruit mûr, une pointe de volatile et une bouche pleine et gourmande qui possède de la tension, de la fraîcheur et une salinité très marquée en finale. Originaire de terroirs siliceux, grès et granit, ce vin a été vinifié et mis en bouteille sans ajout de SO2. Cuvaison de 3 semaines en vendange entière.

 

Pinot Noir 2008 Jean-Pierre Rietsch : Une très belle maturité et un côté un peu introverti à mettre sur le compte d'une légère réduction qui disparait à l'aération. La structure est ferme et la salivation qui arrive très tôt induit une agréable sensation qui donne envie d'y revenir. Un beau potentiel à venir. Eraflé, élevage en foudre et mise en bouteille sans filtration ni SO2.

 

Pinot Noir Cuvée Béatrice 2008 Christian Binner : La robe est trouble avec des reflets orangers, l'attaque généreuse sur le fruit. On a l'impression de croquer dans la grappe. L'intensité aromatique est très forte, beaucoup de tension et une agréable trame acide. Expression sèveuse avec beaucoup de fond. Des 4 "natures" présents, c'est celui dont la forme semble la plus éloignée des codes de lecture habituels.

 

Pinot Noir Rot Murlé Terrasses 2005 Jean-Pierre Frick : En voila un qui réveille le palais et fait l'unanimité de l'ensemble des dégustateurs présents aux 2 sessions. Servi après des vins plus puissants, il n'a aucune difficulté à s'imposer. Le vin est ouvert, détendu, précis et rafraîchissant. L'expression possède une luminosité et un éclat remarquable, des tannins fondus et un très gros potentiel. Issu d'un terroir calcaire ferrugineux, 12 jours de cuvaison en vendange entière avec des pigeages. Rendement de 30 hectos/ hectare.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article

commentaires