Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 05:54

 

Jean-Pierre-Rietsch-portrait.jpg

 

 

Si Jean-Pierre RIETSCH n’était pas vigneron, il exercerait le métier de forgeron ou bien de sculpteur et façonnerait de sa main habile le métal et la pierre. Mais il a choisi de succéder à son père et d’exploiter le Domaine familial et ses 11 hectares situés aux alentours de Mittelbergheim, réservant sa passion pour la création plastique à ses moments de loisirs.

 

De son propre aveu, il reconnaît que jusqu’en 2005, son travail s’est exercé principalement dans la recherche de l’expression des terroirs qu’il exploite, et qui portent les noms de Stein, Brandluft, Zotzenberg et Wiebelsberg. Mais il y a chez ce vigneron qui se nourrit de la tradition, une curiosité qui le pousse à explorer de nouveaux chemins. La fréquentation d’un cercle de dégustation sert de déclencheur et lui permet de découvrir de nouvelles esthétiques, lui donne envie de sortir des sentiers battus, de se forger son propre style.

 

Après l’élevage long sur lies totales d’un Riesling de terroir en 2005, Jean-Pierre s’essaye au sans soufre sur un Pinot Noir en 2006, puis l’année suivante à la méthode oxydative sur un Pinot Noir vinifié en blanc. Dans chaque millésime suivant, quelques cuvées lui serviront de support à la recherche de son propre goût par l’apprentissage de la non-intervention.   

 

Mais pour repousser les limites, il faut admettre de prendre des risques, accepter les échecs. C’est à ce prix que Jean-Pierre assouvit sa curiosité en faisant des vins en accord avec son tempérament. Cependant, ce regard créatif qui l’amène vers des vins plus personnels, lui apporte la satisfaction de créer des liens plus forts avec ceux qui les boivent.

 

Pour que les vins trouvent naturellement leur équilibre et que les levures puissent transformer tous les sucres sans apport d’intrant, il faut que le raisin soit récolté à une maturité optimale, sans surmaturité. La conversion en agriculture biologique et le travail des sols ont largement contribué à apporter cette harmonie qui permet de superposer l’expression du vigneron à celle du terroir et à ne plus rester en retrait de ses vins.

 

On retrouve dans le Pinot Noir 2010 sans soufre cette volonté d’épure qui apporte de la force à la matière, de la justesse et de l’évidence à l’expression. La cuvaison réalisée en vendange entière induit une aromatique qui mélange les senteurs de fruits rouges et de plantes aromatiques. La bouche aux tannins souples possède une tonicité qui réveille les papilles et un profil gourmand.

 

Vivifié en sec et sans ajout de sulfites, le Pinot Gris Singulier 2009 s’impose en bouche par sa puissance et son relâchement. Le long élevage sur lies totales a apporté de la complexité à la structure à la fois massive et raffinée. C’est un vin de garde qui gagnera à accompagner des mets qui l’adoucissent comme par exemple un Pont l’Evêque ou une tarte aux fruits jaunes.

 

Jean-Pierre RIETSCH l’affirme : « Cette façon de travailler me permet de mieux me connaître moi-même. Je suis dans une relation d’échange avec le vin. Ce n’est pas simplement moi qui l’élève, car lui m’éduque aussi. »

 

Découvrir ses vins, c’est aussi redécouvrir les équilibres naturels et se conforter dans l’idée que l’homme n’est pas obligé de toujours vouloir intervenir.

 

 

Jean-Pierre RIETSCH

Agriculture Biologique en cours de certification

32, rue Principale

67140 MITTELBERGHEIM

Tél : 03 88 08 00 64

Site : www.alsace-rietsch.eu

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

Pierre 23/06/2011 08:15


Superbe article qui cerne bien cet artiste-vigneron.