Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 21:03

 

Etienne-Courtois.jpg

Etienne COURTOIS

 

Tout d'abord les vins blancs de Claude et de son fils Etienne.

 

Romorantin 2008 Claude Courtois : C’est à François 1er, qui appréciait particulièrement ce cépage, que l’on doit la présence du Romorantin dans la Loire. Peu répandu en dehors de l’appellation Cour Cheverny dont il constitue le cépage unique, il possède un profil aromatique unique mais souffre parfois de mollesse. Ce n’est pas le cas du Romorantin de Claude qui possède une bouche épicée, mentholée et onctueuse. La structure sphérique et relâchée est bien soutenue par une salinité craquante qui apporte du tranchant.

 

Plume d’Ange 2009 Etienne Courtois : Dix huit mois d’élevage en vieilles barriques ont façonné ce Sauvignon puissant qui s’exprime sur des notes de fruits à l’eau de vie. Le vin possède de la fraîcheur et du glissant. Si l’expression est franche, elle reste cependant moins complexe que celle du vin précédent.

 

L’Arnoison 2008  Claude Courtois : L’Arnoison car c’est ainsi que l’on appelle le Chardonnay dans la Loire. Micro cuvée, pratiquement pas commercialisée, la version Courtois de ce cépage offre une bouche crayeuse marquée d’arômes de pain d’épice et de réglisse. Ce vin cristallin et puissant nécessite une bonne aération avant de le déguster.

 

Or Norme Claude Courtois : Un élevage de 30 mois a patiné les alcools de ce Sauvignon riche et puissant. Moins précis que les vins précédents il possède néanmoins une salinité remarquable qui apporte un cachet certain.

 

Tokio la Nuit - Les Quatres Vents - Domaine de l’Angevin : Et pour terminer cette série de blancs la cuvée des Quatres Vents de l’incomparable et indispensable Jean-Pierre Robinot, ex-caviste, peintre, sculpteur et vigneron jusqu’au-boutiste Sarthois. Vin extravagant, généreux et extrême qui, s’il ne fait pas dans la précision, apporte lumière et joie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires