Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 09:00

 

Scharrach-2.jpg

 

Sur ces 2 cartes postales qui datent du début du 20ème siècle, on constate que le sommet du Mont Scharrach était alors occupé par un hôtel-restaurant dont le propriétaire, originaire de Scharrachbergheim, se prénommait BARTHEL.

 

Construit en 1907 l'établissement aurait été détruit en 1914 par un incendie et jamais reconstruit.

 

Scharrach-1.jpg

 

Ces images prises du versant Sud, occupé par l'actuel Grand Cru Engelberg, montrent la conduite de la  vigne en échalas et la présence d'une parcelle située au dessus du chemin du haut, dans une zone qui n'est plus exploitée actuellement.

 

En 1957, Théo BERST, architecte, dessina les plans des Institutions Européennes qui devaient prendre place sur ce même lieu. Le projet n'a jamais abouti.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires

EricL 02/01/2011 10:36


En tout cas on pratiquait l'enherbement....(pas le choix)..mais en même temps on n'y pensait même pas, à désherber, je suppose.


EricL 02/01/2011 10:35


Si ça t'intéresse je possède les cartes d'Etat Major de quasiment toute l'Alsace sur plusieurs époques remontant jusqu'à 1880 environ.

Il est effectivement marrant de constater les différences, car on insiste souvent sur l'extension du vignoble alsacien AOC (surtout à partir des années 1970), mais on pourrait également commenter
les endroits où "avant" de la vigne était plantée.


Oenophil 02/01/2011 21:33



Le vignoble alsacien couvrait 25.000 hectares en 1870 dont une grande partie dans les plaines. Avec l'apparition des maladies cryptogamiques et aussi la ruine de la viticulture causée au départ
par les vins artificiels sous le Reichland, cette surface s'est réduite à 10.000 hectares en 1946. La régression s'est poursuivie jusque dans les années 60. Aujourd'hui le vignoble d'Alsace
compte un peu plus de 15.000 hectares en production. Il serait intéressant de retrouver où étaient plantés ces 10.000 hectares. Je retiens ta proposition.


Bonne Année.


Philippe