Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 19:27



Millésime 2007 en Alsace



Julien et Bruno SCHMITT



Passage à l'improviste ce samedi matin au Domaine SCHMITT à Bergbieten. Julien et Bruno sont là, occupés à soutirer une cuve. Nous en profitons pour goûter la cave.


Comme chez la plupart de leurs collègues, tout est loin d'être terminé en cave. Pas d'avis définitif donc, seulement de belles promesses de la part de la cuvée d'Auxerrois, de celle de Riesling Thalberg dont c'est la deuxième édition et du Sylvaner Grand A issu de l'Altenberg. Beaucoup de cuvées sont encore en cours de fermentation mais l'ensemble me semble encourageant.


Ce n'est bien entendu pas la première cave que je goûte cette année et à chaque fois je me fais la réflexion suivante : "C'est tout de même supérieur à 2007 !"


La qualité du millésime 2007 étant actuellement l'objet de débats sur La Passion du Vin, j'en profite pour préciser en toute modestie mon sentiment en ce qui concerne ce millésime et son suivant.


2007 un millésime singulier


Le millésime 2007 est un millésime singulier en raison des conditions météorologiques avec un printemps précoce et extrêmement chaud qui laissait penser que les vendanges auraient lieu fin août. Cependant, et bien entendu à des niveaux différents selon les secteurs, la vigne a souffert de blocages de maturité qui laissaient augurer un remake du millésime 2003.


Fin août, les pluies ont fait craindre le pire aux vignerons qui gardaient en mémoire les vendanges 2006 qui s'étaient déroulées dans une atmosphère chaude et humide où le botrytis proliféra. Mais c'est seulement mi septembre, après de sévères passages pluvieux, que le raisin a  repris sa maturation et l'a poursuivie pendant la belle période fraîche et ensoleillée jusqu'à fin octobre.


Les raisins sont restés parfaitement sains jusqu'à tard dans la saison, très peu de botrytis et des maturités qui sur certains terroirs lourds ont connu des poussées surprenantes.


De beaux rendements même chez ceux qui qui ne font rien pour cela, de nombreuses cuvées de vendanges tardives et de sélection de grains nobles construites plus sur le passerillage que sur le botrytis.


Les acidités plutot tartriques sont bien équilibrées et gourmandes, cependant il est certain que ceux qui se sont précipités pour vendanger peuvent avoir eu en cave de fortes acidités maliques.


Les vins de ce millésime se présentent avec des profils aromatiques purs et de beaux équilibres, mais selon moi, une certaine simplicité.


2008 un millésime sans excés


Pas de chaleurs ni de pluies excessives, surtout dans le Bas-Rhin mais il est vrai que le Haut-Rhin a été plus arrosé, et une maturation lente qui a abouti à des vendanges dont le coeur n'avait jamais été aussi tardif ces dernières années. Comme l'année précédente des raisins sains et sans doute un peu plus de botrytis, selon les secteurs.


Paradoxalement, la vigne, bien que portant une charge normale, n'a pas été généreuse car le taux d'extraction était cette année particulièrement bas. Très peu de vendanges tardives en raison de l'arrière saison plutôt frisquette bien qu'ensoleillée et qui n'a pas toujours permis d'obtenir les degrés requis.


Un millésime propre à produire des vins secs à la matière riche et concentrée qui enrobe parfaitement les acidités tartriques puissantes. En un mot, je trouve dans ce millésime plus de fond et de profondeur que dans le précédent.


2001, 2005, 2008 ?


Dans la série des années 2000, si 2001 a maintenant donné la preuve de ses grandes qualités et que 2005 doit encore confirmer, il faudra compter je le pense, sur 2008.






Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article

commentaires