Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 09:12
Mittelbergheim, le 29 juin 2008


Isabelle BIANQUIS
De l'Homme au Vin





Invitée par la Paroisse Protestante de Mittelbergheim, Isabelle BIANQUIS, Professeur d'Anthropologie à l'Université de Tours, est de retour en Alsace près de 25 ans après avoir publié aux Editions Gérard KLOPP sa thèse intitulée "De l'Homme au Vin".

 

Etudiante en ethnologie à Strasbourg elle avait alors interrogé plus de 50 vignerons majoritairement haut-rhinois afin de reconstituer à travers leurs paroles la symbolique du vin en Alsace.

 

Mais avant d'entrer dans la symbolique, il lui a fallu rassembler les informations et trouver la logique qui sous tend les pratiques quotidiennes. Lorsqu'elle commence sa recherche, Isabelle BIANQUIS ne possède aucune connaissance du monde du vin ni de celui de la viticulture, aussi c'est avec un regard neuf et sans à priori qu'elle s'est plongée dans ce monde d'hommes et de traditions.

 

Au terme de sa recherche, elle découpe le calendrier viticole en 2 cycles : Celui de la vigne et celui du vin.

 

Le cycle de la vigne est en relation avec la naissance de l'homme. Paradoxalement ce n'est pas le moment de la plantation, situé entre le 10 avril et le 10 mai, qui en constitue le début. Le cycle de la vigne commence le 2 février, date du début de la taille, pour se terminer le 1 novembre, date à laquelle il faut avoir impérativement terminé de mettre le vin en cuve.

 

Cette période longue de 9 mois est marquée par la double intervention de l'homme et de la femme, dans un rôle actif pour l'homme et passif pour la femme.

 

Le 2 février commence la taille. Cette date correspond dans le calendrier populaire à la fin des veillées, à la clôture du cycle hivernal et au début de la période de carnaval. Dans le calendrier religieux c'est aussi le jour de la purification de la Vierge Marie. C'est le jour où l'on raccompagne les morts, après la période hivernale, dans leur domaine afin qu'ils contribuent au renouvellement de la terre.

 

Par la taille, l'homme aide la plante à profiter des forces de la terre pour renouveler son cycle. La femme lie les sarments en fagots. L'acte de nouer est lié à la nidation pour retenir la vie.

 

Le 24 juin est la seconde date importante du cycle de la vigne. C'est la date de la floraison, elle marque la seconde entrée de la femme dans la vigne qui vient pour une fois de plus nouer les sarments sur l'échalas. C'est elle qui s'occupe de l'embryon de raisin dans un rôle de réceptacle et de mère.

 

Cette date se situe au juste milieu d'un cycle placé sous le signe de l'eau et du soleil.

 

Les vendanges, 100 jours après la fleur, clôturent le cycle de la vigne mère. Par le foulage, le raisin est mis à mort. Cette petite mort est nécessaire dans ce processus de mutation qui va se terminer par une renaissance.

 

Le cycle du vin, cycle divin, se déroule du 2 novembre au 1 février. La fermentation entamée en tout début de cycle doit impérativement se terminer avant la Saint Martin, date à laquelle on doit pouvoir bonder le tonneau. Cette période tumultueuse, restée longtemps incomprise avant que Pasteur n'en explique le processus, est en lien avec la conception alchimique qui considère que "pour créer un nouvel ordre, il faut retourner à l'origine puis répéter la cosmogonie".

 

"Dans ce contexte alchimique, la fermentation se situe au seuil du commencement d'une autre vie supérieure."

 

La cave est un domaine souterrain où œuvre l'homme. La femme n'a rien à y faire surtout si elle est en situation d'impureté.

 

Quarante quatre jours après la Saint Martin, le vin est tiré.

 

Si cette symbolique n'est plus aujourd'hui d'actualité, il subsiste tout de même des éléments qui, malgré le temps et l'évolution des méthodes culturales et de vinification, perdurent.

 

Isabelle BIANQUIS a conquis par sa gentillesse et la clarté de son propos mais aussi en répondant à des questions des plus pointues posées par des auditeurs attentifs. La discussion s'est ensuite poursuivie autour de quelques vins encore en fermentation chez Jean-Pierre RIETSCH.

 

Actuellement, Isabelle BIANQUIS termine la rédaction d'un ouvrage qui sera publié prochainement avec pour sujet les alcools de laits de vache et de jument fermentés en Mongolie.



Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Chroniques
commenter cet article

commentaires