Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2008 5 22 /02 /février /2008 10:24

Mittelbergheim, le 8 février 2008
 
 

Chardonnay


Valette-2.jpg



Bourgogne 2005 Olivier LEFLAIVE
(7,50 €)

Premier nez grossier marqué par les lies et surtout le SO2. En bouche le vin est végétal avec une finale amère et alcooleuse. Manque de structure, de maturité, de raisin…


Casiliero del Diablo Chardonnay 2006 Concha Y Toro Chili (7,20 €)

Le boisé est fortement marqué tant au nez qu'en bouche. Il apporte une puissance inutile à une matière faible. Rétro désagréable sur le soufre


Antono Chardonnay 2004 Casanova Chili (6,50 €)


Olfaction agréable sur une trame de fruits confits. La bouche est élégante, elle possède du gras et une belle acidité mûre et complexe. Repris en fin de dégustation, le nez s'est considérablement dégradé et affiche des notes peu engageantes qui me font revoir mon jugement initial sur ce vin.


Château Capion Le Colombier 2005 Vin de Pays de l'Hérault

Bouche alcooleuse et sans intérêt. Du bois, de l'alcool et rien d'autre.


Woodbridge Twin Oacks Chardonnay 2002 Californie (10 €)

Nez de caramel mou (malo) et d'hydromel. La bouche manque cruellement de structure et reste insipide, aqueuse avec une finale chaude.


Missionvale Chardonnay 2005 Bouchard Finlayson (20 €)

Du bois qui cache le végétal, du CO2. Sans intérêt, toutefois moins pire que le précédent.


Saint Véran lLes Mandeliers 2006 Domaine Combier

Enfin du vin et de la cohérence. Frais, aromatiquement simple, c'est un vin sans prétention mais parfaitement réussi. La finale saline est très agréable.


Pouilly Fuissé Alliance 2005 Daniel Barraud

Le nez est camphré et poussiéreux, la bouche manque de précision aromatique. L'acidité et l'amertume finale sont plus intéressantes. Le vin fait saliver et reste très fluide en bouche.


Pouilly Fuissé En Buland 2005 Daniel Barraud (25 €)

Olfaction qui rappelle le yaourt coco, belle attaque avec du gras et du vanillé, puis plus rien…
Finale tartrique et astringente qui termine sur l'aigre doux. Un vin déstructuré.


 
Quintaine.jpg



Mâcon Village Quintaine Guillemot Michel
Superbe matière bien annoncée par une olfaction de fruits mûrs. Vin pur, complexe et harmonieux avec son côté glycériné.


Viré Clessé 2002 Domaine Valette

Nez séducteur avec des notes fugaces de noix, de pierre et d'eau de vie. La bouche est superbe, dense, tendue et elle revient sans cesse. L'aération affine encore l'olfaction, le vin devient plus onctueux. Tout est parfaitement en place, l'acidité fine et mûre, la salinité minérale.


Mercurey Massenot 2001 Domaine du Clos Moreau

Bouche grossière, amertume marquée et finale sur le bois. Pas d'éclat, il est difficile de succéder aux 2 vins précédents.


Chardonnay 2005 Domaine de la Colombette

Nez réduit et vulgaire, bouche creuse qui finit sur le sucré.


Petit Chablis 1972 Auguste Moreau

Nez évolué avec des notes de miel. L'acidité du vin est d'un niveau rarement égalé. Pansement gastrique obligatoire.


Vendange de novembre 1998 Domaine des Chazelles

Nez réglissé et chaleureux, bouche décousue et sans intérêt pour ce Chardonnay récolté en surmaturité.


Le sujet est si vaste qu'il aurait été préférable de le scinder en plusieurs chapitres en s'en tenant par exemple, aux Chardonnay étrangers, aux Chardonnay français hors Bourgogne et hors Jura, au négoce bourguignon ou uniquement au Jura qui mérite à lui seul une soirée. Pour les terroirs bourguignons, une exploration plus précise par sous régions s'impose.


Les vins étrangers n'ont pas convaincu. Si ils ne sont pas représentatifs de l'ensemble de la production des pays dont ils sont issus, ils le sont de ce que l'on peut trouver chez des cavistes et dans la grande distribution. Leurs rapports qualité prix n'ont rien de particulièrement attrayant et en dehors de l'exotisme et des étiquettes colorées, aucun intérêt.


Le négoce bourguignon s'est montré bien pâle au regard de ce que l'on est en mesure d'attendre d'une maison aussi réputée, il serait intéressant de porter un regard plus précis sur l'ensemble de sa production.


Le seul Jura présent s'étant révélé bouchonné, ce sont les vins des Domaines Valette et Guillemot-Michel qui ont nettement haussé le niveau avec de belles expressions mûres et des élevages élégants.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Oenophil - dans Dégustations
commenter cet article

commentaires